Les Métallos appuient Gaudreault

Le président du Local 9490 du Syndicat des... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Le président du Local 9490 du Syndicat des Métallos de l'aluminerie d'Alma, Alexandre Fréchette.

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

La section locale 9490 des Métallos, représentant les travailleurs de l'aluminerie de Rio Tinto à Alma, appuie la demande du chef intérimaire de l'opposition officielle, Sylvain Gaudreault, de tenir une commission parlementaire pour faire la lumière sur le suivi des ententes entre le gouvernement du Québec et la multinationale.

«On pense que le public et les politiciens doivent avoir en main tous les éléments pour savoir si Rio Tinto honore bel et bien ses engagements, non seulement en lien avec l'entente de continuité signée au sujet du maintien du siège social, mais aussi celle qui prolonge le bail de la rivière Péribonka. Les politiciens doivent amener la compagnie à s'engager plus clairement au sujet des projets de développement, non seulement quant au projet d'AP60 à Arvida, mais aussi au sujet de la construction d'Alma II», fait valoir le président de la Section locale 9490, Alexandre Fréchette.

Ce dernier s'étonne par ailleurs de la fermeture du premier ministre à tenir une commission parlementaire. «Comme élu de la région, le premier ministre devrait saisir cette occasion de rendre des comptes plus clairement à ses commettants et de dissiper les doutes une fois pour toutes quant à la volonté de la compagnie d'investir dans l'avenir de la région», conclut Alexandre Fréchette.

Rio Tinto se défend

Rio Tinto affirme respecter en tous points ses engagements signés en vertu de l'entente de continuité signée en 2006 et assure en rendre compte au gouvernement du Québec annuellement. Elle ne cache pas que depuis une dizaine d'années, 200 postes ont été abolis à son siège social en raison de la vente de ses deux divisions Produits usinés et Emballages.

Par voie de communiquée, Gervais Jacques, directeur exécutif Aluminium Atlantique, rappelle qu'en vertu de l'entente de continuité, aucun plancher d'emplois n'a été fixé au siège social puisque seul le maintien des fonctions commerciales, financières, ressources humaines, légales planification stratégiques, excellence opérationnelle, environnement, santé, sécurité, analyse de marchés, communautés et communications sont basées à Montréal. Claudine Gagnon, responsable des relations médias, précise qu'en ce qui a trait au prêt sans intérêt de 400 M$ consenti par le gouvernement du Québec, il n'a été utilisé qu'à une hauteur de 175 M$ à 200 M$.

Elle rappelle que la division aluminium a réorganisé ses activités pour être plus robuste, ce qui n'a pas empêché d'effectuer des investissements totalisant 7 G$ USD entre 2002 et l'an dernier avec l'expansion de l'aluminerie de Kitimat (4,8 G$), l'usine-pilote AP60 (1,3 G$) et le nouveau groupe turbine-alternateur de la centrale Shipshaw (300 M).

La haute direction de Rio Tinto lance un message clair voulant que dès que les conditions de marché le permettront, le prochain investissement visant l'ajout de la capacité d'aluminium primaire sera réalisé au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer