Gaudreault interpelle Couillard sur Rio Tinto

Le chef intérimaire du Parti québécois, Sylvain Gaudreault... (Archives La Presse Canadienne, Jacques Boissinot)

Agrandir

Le chef intérimaire du Parti québécois, Sylvain Gaudreault

Archives La Presse Canadienne, Jacques Boissinot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le débat sur le respect de l'entente de continuité par Rio Tinto s'est transporté à l'Assemblée nationale, mardi. Le député de Jonquière, Sylvain Gaudreault, a confronté le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, lors de la période de questions.

« Considérant la baisse de 30 % du niveau d'emploi au siège social, est-ce que le premier ministre peut nous dire s'il considère que l'entente de continuité est toujours respectée ? », a demandé le député du Parti québécois après avoir rappelé les conditions du document signé en 2006, citant la convention, soit « le maintien au Québec d'activité de sièges sociaux opérationnels, financiers et stratégiques importants à des niveaux comparables à ce qu'ils étaient avant la signature de la convention ». Il rappelle que Rio Tinto profite de privilèges comme des tarifs d'électricité ou de l'aide financière, ce qui représente plusieurs millions de dollars. 

Après avoir demandé à son collègue de garder un ton positif envers la multinationale qui demeure un grand employeur, par souci pour les familles, Philippe Couillard a ajouté que les dirigeants de l'entreprise étaient déterminés à investir au Saguenay-Lac-Saint-Jean. « Et j'ai même eu l'engagement de cela par le président mondial du groupe Rio Tinto que j'ai rencontré il y a quelques jours, où je lui ai demandé de m'indiquer clairement ses intentions. Malgré la difficulté dans le marché de l'aluminium, il a été très clair, les installations du Saguenay-Lac-Saint-Jean sont de classe mondiale. Il s'agit des meilleures installations de l'entreprise dans le monde. Et, lorsqu'il y aura une ouverture du climat d'investissement, c'est là que vont se faire les investissements. C'est ça qui est important d'abord et avant tout », a répondu le député de Roberval, précisant que l'entente ne contenait pas de plancher d'emplois, un nombre qui pouvait fluctuer selon la conjoncture. 

« Il y a une reddition de comptes annuelle qui est faite sur tous les aspects de l'entente. Et surtout, surtout, envoyons un message positif à Rio Tinto, au siège social à Londres. Rio Tinto est bienvenue au Saguenay-Lac-Saint-Jean. On veut qu'ils restent, qu'ils continuent d'investir chez nous. S'ils veulent faire le projet de l'AP60, maintenant, on est prêts à les accompagner de toutes les façons possibles. Et on le fera lorsqu'ils prendront leur décision », a-t-il poursuivi. 

« On a RONA, on a eu le Cirque du Soleil, on a eu St-Hubert. Dans tous les cas, le gouvernement libéral a regardé partir nos entreprises sans rien demander. En 2007, les mêmes libéraux, ils ont laissé partir Alcan sans lever le petit doigt. Au moins, il y avait une entente de continuité, mais encore faut-il qu'elle soit respectée. Le premier ministre nous dit qu'elle est respectée, mais sur quoi il se base pour dire ça ? Sur quelle analyse se base le premier ministre pour affirmer ça ici, en pleine Chambre ? Est-ce qu'il peut déposer les analyses qui soutiennent cette affirmation ? », est revenu à la charge Sylvain Gaudreault. 

« On n'a pas promis de nouvelle aluminerie. On a dit qu'on regarderait ce projet-là avec beaucoup d'intérêt, parce qu'il y avait clairement un élément prometteur pour le nord du Lac-Saint-Jean. Cependant, les conversations n'ont pas abouti, entre autres parce que les concessions demandées à tous les Québécois pour les tarifs d'aluminium n'étaient tout simplement pas quelque chose de réaliste », a raconté Philippe Couillard, précisant qu'il ne pouvait pas divulguer certaines informations commerciales confidentielles.

Commission parlementaire 

La semaine dernière, le Parti québécois demandait que le gouvernement provincial examine l'entente de continuité en commission parlementaire. Le député de Jonquière a peu d'espoir de recevoir une réponse positive, étant donné que les libéraux sont majoritaires.

« Les libéraux vont suivre ce que le premier ministre a dit », d'estimer Sylvain Gaudreault lors d'un entretien téléphonique en soirée, plaidant qu'avec ses réponses, le premier ministre n'avait pas démontré un désir d'aller au front et de mener une bataille dans ce dossier.

Rio Tinto assure respecter ses engagements

« Il est clair que lorsque les conditions de marché vont le permettre, le prochain investissement de Rio Tinto visant à ajouter de la capacité d'aluminium primaire se fera dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean », indique le directeur exécutif Aluminium Atlantique, Gervais Jacques, réagissant dans un communiqué aux propos du député de Jonquière, Sylvain Gaudreault, lors de la période des questions de l'Assemblée nationale.

Rappelant que le gouvernement supervise les opérations avec un suivi serré, Gervais Jacques rappelle que le prix du métal gris avait grandement chuté au cours des dernières années, passant de 2700 $ la tonne à 1600 $. Sur la même période, le nombre d'employés au siège social est passé de 800 à 600 personnes. Avec plus de 7000 employés, il précise que Rio Tinto est la plus importante entreprise minière et métallurgique au Québec. « Près de dix ans se sont écoulés depuis l'acquisition d'Alcan par Rio Tinto. Les choses ont beaucoup évolué depuis 2007. Les dernières années ont été marquées par la pire crise financière et économique mondiale depuis la Grande dépression. Le groupe aluminium s'est recentré sur ses activités en amont que sont la bauxite, l'alumine et l'aluminium. Les groupes Produits usinés et Emballages ont été vendus, des raffineries d'alumine et des usines d'électrolyse de partout dans le monde ont elles aussi été vendues ou fermées. Partout, nous nous sommes adaptés », mentionne Gervais Jacques. 

« Nous sommes très fiers de la grande compétence de nos employés basés au siège social à Montréal. Toutefois, il est important de souligner que si nous voulons que celui-ci demeure durable à long terme, notre siège social, comme tous les sièges sociaux localisés au Québec, doit continuer à s'améliorer », reprend-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer