La Maison de quartier de Jonquière a 40 ans

Le président et la fondatrice de la Maison... (Photo Le Quotidien, Yohann Gasse)

Agrandir

Le président et la fondatrice de la Maison de quartier de Jonquière, Jocelyn Bolduc et Marie-Josée Baril, célèbrent les 40 ans de l'organisme.

Photo Le Quotidien, Yohann Gasse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patricia Rainville
Le Quotidien

La Maison de quartier de Jonquière célèbre ses 40 ans. Créé en 1976 par Marie-Josée Baril, l'organisme représente 11 500 heures d'implication bénévole et 600 tonnes de vêtements et meubles recueillies annuellement.

Située sur la rue du Vieux-Pont, la Maison est née de la volonté d'une femme qui désirait aider les personnes dont les revenus ne permettaient pas d'avoir accès à des biens de première nécessité, tels que les meubles et les vêtements. 

Marie-Josée Baril, qui était alors travailleuse sociale, constatait qu'une partie de la population jonquiéroise vivait dans une situation de pauvreté et d'exclusion. La dame a voulu changer les choses. 

Au fil du temps, l'organisme s'est taillé une place dans le paysage jonquiérois et est devenu bien plus qu'un simple comptoir vestimentaire. En effet, la Maison de quartier emploie aujourd'hui entre 35 et 40 personnes par année et gère également un centre de tri, un atelier de couture, un service budgétaire et une coopérative d'habitation.

« Nous procurons des emplois stables à nos travailleurs et nous contribuons à l'amélioration de l'environnement en redonnant une deuxième vie à des meubles, articles d'utilité courante et vêtements. En plus, nous offrons des articles à bas prix. Notre meilleure source de financement, c'est d'ailleurs ce que les gens nous donnent », a affirmé le président de l'organisme, Jocelyn Bolduc. 

« Je ne pensais pas, à l'époque, que l'organisation serait de l'envergure qu'elle est aujourd'hui, mais je suis heureuse de voir que, malgré son ampleur, on ne s'est pas éloigné de notre mission de base, qui est de faire reculer les frontières de la pauvreté et aider les personnes qui ont des besoins », a de son côté affirmé la fondatrice Marie-Josée Baril. 

Service budgétaire

Par ailleurs, en 2015, le service de consultation budgétaire de la Maison de quartier a permis d'aider 319 personnes. Le service de prêt sans intérêt a traité 54 demandes, dont 32 ont été acceptées. C'est donc un montant total de 16 907 $ qui a été prêté au cours de la dernière année.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer