Décès de Nicol Tremblay: les drapeaux sont en berne

L'ancien maire d'Alma, Nicol Tremblay.... (Photo archives Le Quotidien)

Agrandir

L'ancien maire d'Alma, Nicol Tremblay.

Photo archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Nicol Tremblay, maire d'Alma de 1987 à 1991, est décédé lundi soir. Il s'était étouffé en mangeant dans un restaurant d'Alma vendredi et était plongé dans un coma artificiel depuis.

Les drapeaux ont été mis en berne devant l'hôtel de ville, mardi matin.

Avocat, Nicol Tremblay a oeuvré en pratique privée de 1973 à 1981 puis de 1992 à aujourd'hui. M. Tremblay a été régisseur à la Régie du Logement au milieu des années 1980, avant d'être élu par les Almatois à titre de maire. Il a aussi travaillé comme médiateur en matières civile et commerciale, en plus de faire de l'arbitrage en droit du travail. En 2014, il a été nommé par le ministre des Affaires autochtones de l'époque, Geoffrey Kelley, comme représentant des régions dans le cadre de la négociation territoriale avec les Innus de Mashteuiatsh.

M.Tremblay était reconnu pour son implication dans son milieu, en outre pour le sport amateur.

Il avait récemment vaincu un cancer.

« C'est une grande perte pour le milieu, a affirmé le maire d'Alma, Marc Asselin, en entrevue téléphonique. Nicol Tremblay était un bon débatteur, qui savait se défendre et qui maîtrisait la langue française de façon exceptionnelle. Il avait une mémoire des noms incroyable. Il pouvait remonter jusqu'à ton grand-père sans effort! Il était aussi un bon vivant, apprécié par la population. J'offre mes sympathies les plus sincères à sa famille. »

Fervent souverainiste, Nicol Tremblay avait néanmoins invité ses concitoyens à voter pour le conservateur Jean-Pierre Blackburn, en 2006, afin d'être « du côté du pouvoir » à Ottawa.

« C'était particulier parce qu'il était un nationaliste convaincu. Je lui suis encore aujourd'hui très reconnaissant de m'avoir appuyé à l'époque. Je n'ai que de bons souvenirs de M. Tremblay. Il a toujours été très gentil et a toujours voulu ce qui était le mieux pour les gens d'Alma et le développement de la ville. Je suis très attristé par la nouvelle. C'est une mort inattendue : personne ne peut s'attendre à mourir de cette manière. »

Le directeur général de la Ville à l'époque, Gaétan Tremblay, parle d'un homme très actif. « Il travaillait beaucoup. Comme maire, il faisait énormément de représentations, il allait dans les organismes, il était très impliqué. »

Ancien dg de la Véloroute des bleuets, Sylvain Tremblay estime que Nicol Tremblay était l'un des plus ardents promoteurs et défenseurs du projet de Véloroute. « Merci pour tous tes précieux conseils gratuits et tes engagements », mentionne-t-il dans un courriel/hommage envoyé à la rédaction.

Toute l'équipe du Quotidien souhaite ses plus sincères condoléances à la famille de M. Tremblay, particulièrement à son frère Rémi-Gilles, un collègue journaliste au pupitre au Quotidien.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer