Volet professionnel

Trois sculpteurs sur neige d'ici iront en France

Les sculpteurs Danny Ouellet, Karen Blackburn et Louis-Gabriel... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Les sculpteurs Danny Ouellet, Karen Blackburn et Louis-Gabriel Jean s'envoleront vers la France en janvier pour participer au concours international de Valloire, dans les Alpes.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

Après avoir remporté la palme du concours de sculptures de Saguenay en neige deux fois en autant d'années, l'équipe formée de Karen Blackburn, Louis-Gabriel Jean et Danny Ouellet élève la barre d'un cran. Le trio s'envolera vers la France en janvier pour participer au concours international de Valloire, dans la région des Alpes. L'événement est l'un des plus prestigieux du genre au monde.

L'organisation de Saguenay en neige a annoncé la nouvelle aux principaux intéressés en milieu de semaine. Louis-Gabriel, sa conjointe Karen et leur collègue Danny ont pratiquement sauté de joie. D'autant plus que l'équipe a eu vent de sa participation au concours français le jour de l'anniversaire de Louis-Gabriel, le 21 septembre.

Le voyage est rendu possible grâce à un maillage établi entre les directions du festival saguenéen et de la station de glisse de Valloire, où le concours se déroulera pour la 34e fois en 2017. L'un des pionniers de Saguenay en neige, le sculpteur Michel Fortin, s'est rendu en France l'an dernier pour participer à la compétition. Son équipe a gagné le prix coup de coeur dans la catégorie jeune public et a tissé des liens avec Valloire. Cette prise de contact a facilité l'ébauche d'un partenariat qui permettra aux gagnants de la dernière édition de prendre part au concours international et à une équipe de sculpteurs français de venir à Saguenay.

«On est à l'affût de tout ce qui se fait en matière de festivals et de concours de sculpture sur neige. Valloire était dans notre mire et quand la candidature de Michel a été retenue comme sculpteur, on a vu l'occasion de créer un partenariat qui permettrait de positionner Saguenay en neige comme un incontournable», met en relief la directrice générale, Kate Savard.

Une histoire de famille

Karen Blackburn et Louis-Gabriel Jean ont eu la piqûre pour la sculpture il y a une douzaine d'années. Ils ont roulé leur bosse dans la catégorie amateur pendant sept ans, avant de faire le saut chez les professionnels. La différence entre les deux catégories relève de la taille du bloc de neige et du nombre de sculpteurs par équipe. Le couple Blackburn-Jean adore ce loisir et en fait une véritable histoire de famille.

Danny Ouellet a été recruté par l'équipe il y a deux ans. Le nouveau venu n'avait alors aucune expérience dans le domaine, mais a pigé très rapidement, de l'avis de ses acolytes. Danny a façonné, avec ses collègues, Des heures de plaisir, ce gigantesque bonhomme Lego qui n'a pas manqué d'attirer le regard des tout-petits lors de la dernière édition de Saguenay en neige. En raflant le premier prix, le trio a mis la main sur une bourse de 2200$, une enveloppe bonifiée cette année grâce à l'implication financière du Conseil des arts de Saguenay.

Liés par un dénominateur commun qui repose dans le fait qu'ils sont tous trois musiciens réservistes au Régiment du Saguenay, Karen, Louis-Gabriel et Danny sont fébriles à l'idée de se rendre outre-mer pour sculpter dans la cour des grands.

«Ce qu'on aime dans la sculpture sur neige, c'est rencontrer les gens et être en contact avec eux. On le fait pour nous, mais on le fait aussi pour le monde», dit Karen Blackburn.

Si l'équipe n'a pas encore arrêté son choix sur le thème qu'elle exploitera en France, un exercice de remue-méninges est en cours. Les artistes de l'or blanc ne seront pas trop déstabilisés, puisque la taille des blocs sera la même à Valloire qu'à Saguenay. Sauf qu'ils ne pourront travailler avec des échafauds et devront apprivoiser l'échelle. Une contrainte de plus s'ajoutera à la liste : la fatigue provoquée par le décalage horaire. L'équipe saguenéenne touchera le sol de l'Hexagone la veille de l'ouverture officielle du festival, mais espère pouvoir compter sur une bonne dose d'adrénaline pour l'aider à fournir le meilleur d'elle-même.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer