Un CF-18 pointé par un laser, un geste dangereux

Un CF-18 a été ciblé par un pointeur... (Photo d'archives)

Agrandir

Un CF-18 a été ciblé par un pointeur laser, jeudi, par un homme qui a rapidement été localisé à La Baie.

Photo d'archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'arrestation d'un jeune de 17 ans qui a braqué un pointeur laser sur un CF-18 de la Base militaire de Bagotville, jeudi soir, a été l'occasion pour le colonel Darcy Molstad de rappeler à la population que ce type de comportement n'est pas toléré. Au-delà de vouloir faire la morale à qui que ce soit, sa rencontre avec les représentants des médias, vendredi, en était une de sensibilisation avant tout.

Le colonel Darcy Molstad a rappelé que le... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie) - image 1.0

Agrandir

Le colonel Darcy Molstad a rappelé que le braquage d'un pointeur laser en direction d'un avion de chasse est fortement interdit.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

«Je dois répéter que c'est une action très dangereuse, a soutenu Darcy Molstad. Ça peut déranger un pilote pendant une phase de vol qui est très importante. Ça peut également endommager les yeux du pilote, tout dépendant de la puissance du laser. C'est donc très dangereux et on est très contents d'avoir pu localiser la personne fautive. J'espère que ça va sensibiliser le monde des dangers associés à ça.»

C'est la première fois que le colonel Molstad est témoin de ce genre d'événement depuis qu'il est en poste à Bagotville. Il a toutefois été la cible d'un pointeur laser au cours de sa carrière de pilote d'avion de chasse sur une autre base militaire. Il a rappelé que des avions commerciaux sont trop souvent la cible de pointeurs laser dans les aéroports civils, ajoutant que, selon la puissance du laser, le contact entre l'oeil et la fine lumière peut endommager la vision du pilote et du même coup, compromettre sa carrière.

«Je pense qu'on a démontré que si vous voulez faire des choses du genre, on va vous trouver, a réagi Darcy Molstad. Il reste que c'est surtout une question de sensibilisation; il faut bien faire comprendre aux gens que c'est une action qui est interdite.»

Rapidement retracé

Il n'a fallu que quelques minutes pour retracer le malfrat, localisé dans un pic de sable à proximité de Constructions Proco de La Baie. Avec la collaboration de la Sécurité publique de Saguenay, l'individu a été rapidement appréhendé.

«Lors d'un exercice d'entraînement, jeudi au coucher de soleil, un des pilotes a vu qu'il avait un laser pointé vers lui, a raconté Darcy Molstad. Préoccupé, il a demandé à son ailier d'atterrir immédiatement. Il est resté dans les airs afin d'essayer de trouver l'origine. Il a utilisé tous les systèmes dans l'appareil afin de localiser précisément d'où venait le pointeur laser.»

Des systèmes à la fine pointe de la technologie, les mêmes utilisés en situation de guerre pour larguer des bombes avec précision, ont permis d'agir rapidement.

«Le pilote porte un casque très sophistiqué qui peut projeter des images dans sa visière afin de pointer les capteurs sur quelque chose qui peut être une menace au sol, a expliqué le commandant. Il a utilisé son casque, ainsi que le capteur infrarouge et électro-optique. Ça démontre la qualité opérationnelle de nos appareils.»

En vertu de la loi fédérale, le contrevenant pourrait être condamné à payer une amende pouvant aller jusqu'à 100 000$, en plus d'une peine maximale de cinq ans de prison. Le jeune homme a été libéré sous promesse de comparaître. Le dossier devrait être pris en charge par Transports Canada. En 2015 seulement, près de 250 cas d'aveuglement par un rayon laser ont été répertoriés au Québec.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer