Pascal Cloutier menace de se rendre à Ottawa

Pascal Cloutier, du syndicat de la papetière de... (Archives Le Quotidien, Louis Potvin)

Agrandir

Pascal Cloutier, du syndicat de la papetière de Dolbeau-Mistassini de Produits forestiers Résolu.

Archives Le Quotidien, Louis Potvin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Le syndicat de la papetière de Dolbeau-Mistassini de Produits forestiers Résolu menace de se rendre à Ottawa pour faire pression sur le gouvernement libéral s'il ne trouve pas des solutions à court terme pour contrer les effets de la surtaxe américaine sur le papier surcalandré.

« C'est la taxe de la honte, cette affaire-là. Nous avons proposé à la ministre Freeland, quand nous l'avons rencontrée, de mettre des solutions à court terme comme d'accorder des garanties de prêt à Résolu et Irving pour atténuer les effets de cette taxe avant de régler le litige qui pourrait prendre jusqu'à deux ans », a déclaré Pascal Cloutier.

Des garanties de prêt ne contreviendraient pas aux accords avec les États-Unis, car des compagnies l'ont déjà obtenu dans le cadre du conflit du bois d'oeuvre en 2004. On souhaiterait que le gouvernement supporte les compagnies qui doivent mettre l'argent de la surtaxe dans une fiducie afin qu'elles puissent dégager des liquidités pour investir.

Pour l'usine de Dolbeau-Mistassini, mais aussi pour celle de Kénogami, les répercussions sont énormes. « Ce sont des pertes d'un million $ par mois par usine. Ça fait 12 millions $ par année. C'est de l'argent qui ne peut pas être investi ailleurs », soulève-t-il comme problématique.

Ce dernier craint que la ministre gagne du temps et ne soit pas pressée à mettre en oeuvre les solutions proposées par le syndicat. « Nous, on veut que ça bouge et si on n'a pas de réponse d'ici quelques semaines, nous allons monter à Ottawa pour nous faire entendre. Les députés Denis Lebel et Karine Trudel sont au fait de nos demandes. Il faut maintenant que les libéraux débloquent la situation qui est due à une injustice. Nous sommes pénalisés parce que le fédéral a laissé le gouvernement de la Nouvelle-Écosse injecter 130 millions $ dans l'usine de Port Hawkesbury. Une aide complètement déloyale et en plus, ils inondent le marché avec leur capacité de 400 000 tonnes de papier », déplore-t-il.

Filament cellulosique

Pascal Cloutier estime que la problématique doit être réglée avant de penser que Résolu investisse 25 millions $ pour fabriquer du filament cellulosique.

« C'est ça qui est le plus urgent! Il faut travailler ensemble pour régler la surtaxe! Après on verra pour le projet de 25 millions $. C'est sûr que j'aimerais que ce soit à l'usine de Dolbeau. De toute façon, la compagnie va décider de le faire où c'est le plus rentable. Si nos usines ferment à cause de la surtaxe, on ne sera pas avancé », laisse-t-il tomber.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer