Mort d'un employé de Projex: un bête accident

C'est une simple chute d'une hauteur de 1m75... (Courtoisie)

Agrandir

C'est une simple chute d'une hauteur de 1m75 qui a causé la mort d'un charpentier-menuisier de l'entreprise Construction Projex 12 mai 2016.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Normand Boivin
Le Quotidien

C'est une simple chute d'une hauteur de 1m75 qui a causé la mort d'un charpentier-menuisier de l'entreprise Construction Projex, le 12 mai 2016.

Le travailleur a perdu la vie après être tombé d'un échafaudage sur un chantier résidentiel, à Alma, d'une hauteur qui n'aurait pas dû lui être fatale. Le malheur, c'est qu'au moment de sa chute, sa tête a heurté un patio de béton.

À la suite de son enquête, la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) retient pour unique cause de cette chute de l'échafaudage la perte d'équilibre du travailleur, et ne porte aucun blâme, même s'il n'était pas attaché. En effet, cette mesure de sécurité n'est obligatoire que pour les travaux effectués à une hauteur de trois mètres et plus.

La CNESST rapporte que «le jour de l'accident, une équipe de Construction Projex devait effectuer une réparation de bardeaux d'asphalte sur une toiture résidentielle de l'avenue des Récollets à Alma. Pour ce faire, les travailleurs ont installé un échafaudage mobile sur un patio de béton derrière la résidence. Monté sur l'échafaudage, à 1,75 m du sol, le charpentier-menuisier s'affairait à couper des bardeaux en s'appuyant sur la bordure du toit, puis les passait à un collègue qui se trouvait sur la toiture. Ce dernier, alors qu'il fixait les bardeaux, a entendu un bruit derrière lui. Il s'est retourné et a vu le charpentier-menuisier en chute. Il est descendu lui porter assistance et a constaté que le charpentier-menuisier était blessé à la tête. Des secours ont été appelés et le travailleur a été conduit à l'hôpital, où il a succombé à ses blessures le lendemain».

Avec près de 700 chutes recensées chaque année sur les chantiers de construction du Québec, cette problématique est préoccupante, affirme la CNESST, qui en fait une priorité dans ses actions de sensibilisation.

C'est pourquoi elle souligne que même si aucune règle n'a été enfreinte, il existe des mesures de protection pour les travailleurs oeuvrant à moins de trois mètres de hauteur comme installer un garde-corps ou utiliser une plateforme élévatrice.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer