Grogne à Hébertville pour la nouvelle caserne

La mairesse d'Hébertville Doris Lavoie.... (Photo Le Quotidien, Katerine Belley-Murray)

Agrandir

La mairesse d'Hébertville Doris Lavoie.

Photo Le Quotidien, Katerine Belley-Murray

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Plus de cent personnes se sont présentées, lundi, au conseil municipal d'Hébertville, afin de faire connaître leur mécontentement quant à la possibilité que la municipalité achète un bâtiment appartenant à une entreprise du secteur pour en faire son éventuelle caserne de pompiers.

La réunion du conseil de ville d'Hébertville a... (Photo Le Quotidien, Katerine Belley-Murray) - image 1.0

Agrandir

La réunion du conseil de ville d'Hébertville a été très animée, lundi soir.

Photo Le Quotidien, Katerine Belley-Murray

Cette acquisition est devenue nécessaire puisqu'un nouveau camion a été acheté par la Régie incendie secteur Sud et que ce camion est trop gros pour rentrer dans la caserne actuelle, située près de l'hôtel de ville.

Mardi dernier, 323 Hébertvillois ont signé le registre visant à bloquer le règlement d'emprunt pour l'achat du bâtiment de la compagnie Inventium. Lundi, ils ont voulu être rassurés quant à la suite des procédures.

« On sent que l'on paie pour des besoins qui ne sont pas les nôtres », a mentionné un citoyen, faisant référence au fait qu'Hébertville, dans le schéma de couverture de risques, doit couvrir une partie du territoire de la Réserve faunique des Laurentides. « Nous n'avons aucunement besoin d'un aussi gros camion ! »

Les principales doléances des citoyens concernaient l'achat d'une bâtisse plutôt que la construction d'une nouvelle caserne, possiblement à moindre coût. « Moi je regarde toujours une maison neuve avant de rénover la vieille », a dit le citoyen Daniel Truchon.

« La tangente que ce dossier prend est correcte et démocratique, a souligné la mairesse, Doris Lavoie. Le message est clair. On va refaire nos devoirs. »

En entrevue, la mairesse mentionne que ce dossier du nouveau camion est sur la table depuis de nombreuses années. Avec l'arrivée récente du camion en question, les choses se sont précipitées. « Quand on a eu les dimensions du camion, on a bien vu que ça ne rentrerait pas. On a cherché une place et c'est le local d'Inventium qui nous semblait la meilleure option pour relocaliser la caserne. Maintenant, la population nous a donné un signal clair. On va rapidement appeler à la Régie pour voir les autres solutions qui s'offrent à nous. »

La municipalité pourrait, en outre, demander à avoir un camion plus petit ou acheter un terrain pour y construire la caserne.

Annexion en vue ?

Des fonctionnaires du ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire étaient de passage à Hébertville, lundi, pour discuter du dossier des citoyens des chemins 51 et 52 et du lac Croft. 

Métabetchouan-Lac-à-la-Croix a imposé une « taxe » spéciale aux résidants d'Hébertville qui empruntent une des rues de la municipalité pour se rendre à leur résidence. Une vingtaine de villégiateurs hébertvillois ont donc reçu une facture de 230 $ pour payer l'entretien de la route de la Montagne, un chemin public du secteur Lac-à-la-Croix. Il s'agit du seul accès menant aux chemins privés des villégiateurs.

Ces citoyens mécontents s'en sont vite remis à Hébertville, qui cherche des solutions pour régler la situation. « Le MAMOT nous a expliqué les démarches d'annexion. Nous allons solliciter une rencontre auprès de Métabetchouan-Lac-à-la-Croix pour explorer les avenues possibles pour que nos citoyens et les leurs soient gagnants. Il y aura un conciliateur et les fonctionnaires du MAMOT seront aussi présents. Dans ce dossier également, toutes les avenues seront étudiées », a expliqué la mairesse.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer