Pas de mairie pour Claude Patry

Après avoir songé à la mairie de Saguenay,... (Archives Le Progrès-Dimanche)

Agrandir

Après avoir songé à la mairie de Saguenay, Claude Patry se présentera plutôt comme conseiller municipal.

Archives Le Progrès-Dimanche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

L'ex-syndicaliste et ancien député de Jonquière aux Communes, Claude Patry, sera candidat aux élections municipales de novembre 2017. S'il a déjà songé à briguer la mairie de la capitale régionale, le citoyen du quartier #5 confie qu'au terme d'une réflexion d'environ une année, son choix s'est arrêté sur le poste de conseiller.

Claude Patry briguera les suffrages comme indépendant. Celui qui a été élu sous la bannière néodémocrate aux élections fédérales de 2011, pour ensuite passer au Bloc québécois, a déjà possédé une carte membre de l'Équipe du renouveau démocratique (ERD). Son fils, Guillaume Wilson-Patry, a d'ailleurs représenté la formation dirigée par Josée Néron aux élections municipales de 2013. Claude Patry affirme qu'il n'est aujourd'hui membre d'aucune formation politique et qu'il ne veut rien savoir des lignes de parti.

«C'est mûrement réfléchi. Ça fait un an que je parle avec les gens autour de moi et je sais qu'ils veulent du changement. J'ai toujours travaillé pour la population, autant comme syndicaliste que comme politicien. La seule ligne que je veux suivre, c'est celle des citoyens de mon secteur», martèle-t-il. Claude Patry a été président du Syndicat national des employés de l'aluminium d'Arvida (SNEAA) pendant plusieurs années.

Bernard Noël

À un peu plus d'un an du scrutin, aucun candidat n'a encore déclaré son intérêt pour le quartier #5, à Arvida. Ce district est actuellement représenté par Bernard Noël. Il serait étonnant que le conseiller se présente à nouveau l'an prochain, après la saga qui a mené à sa suspension dans la foulée d'un voyage en France. L'ERD a annoncé qu'elle aurait des candidats dans chacun des 15 districts de la ville, tout comme le Parti des citoyens (PCS), actuellement dirigé par le maire Jean Tremblay. Une éventuelle lutte à trois ne fait pas peur à Claude Patry.

Peu importe la constitution du prochain conseil de ville, le futur candidat indépendant dit vouloir travailler en équipe, dans l'intérêt supérieur des contribuables. Retraité de Rio Tinto, il entend surveiller de très près le projet d'agrandissement du lac de bauxite. Claude Patry se montre également préoccupé par la dégradation du réseau routier et de certaines infrastructures de son quartier.

Parti des citoyens: Martine Gauthier ne veut pas d'un couronnement

La conseillère municipale Martine Gauthier souhaite que le Parti des citoyens de Saguenay (PCS), dont elle est membre, tienne une course à la chefferie. La représentante du quartier #17, à La Baie, considère qu'une assemblée d'investiture doit avoir lieu afin que le processus qui mènera à la nomination du futur chef soit «le plus démocratique possible».

«La meilleure façon d'aller chercher un chef, c'est une investiture. C'est un bel indice de démocratie que les membres soient consultés», a-t-elle affirmé, au cours d'une entrevue téléphonique.

Martine Gauthier précise qu'elle n'a pas d'ambition pour la mairie.

«Je peux être une bonne élue qui travaille ses dossiers, mais je manque de munitions pour être le chef d'orchestre», confie celle qui a l'intention de s'asseoir avec les futurs candidats à la chefferie avant de se camper en faveur de l'un ou l'autre des protagonistes. La semaine dernière, la directrice générale du centre d'appels Nordia, Hélène Deschênes, a confirmé qu'elle était en réflexion. Luc Boivin, lui aussi conseiller à La Baie, réfléchirait également à la possibilité de se lancer.

Au sujet de la perquisition menée par l'Unité permanente anticorruption (UPAC) cette semaine à l'hôtel de ville de et à Promotion Saguenay, Martine Gauthier s'est dite étonnée.

«Je n'ai aucune idée pourquoi ils sont débarqués à l'hôtel de ville, mais je sais qu'ils ne sont pas débarqués là pour rien. Je respecte le travail des policiers. Je serais mal placée de ne pas le faire, j'en ai marié un!», lance l'élue. Martine Gauthier ajoute que si des gens ont des choses à se reprocher, ils devront être punis pour les gestes posés.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer