Jimmy Desbiens reçoit un appui inespéré

Le Saguenéen Jimmy Desbiens a été estomaqué devant la belle marque... (Photo tirée de Facebook)

Agrandir

Photo tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Saguenéen Jimmy Desbiens a été estomaqué devant la belle marque d'appréciation que lui ont témoignée des dizaines d'abonnés de son service local de prévisions, Météo Chicoutimi, disponible sur le Web, Facebook et Twitter. Devant entre autres faire face à un bris de sa station météorologique personnelle, le féru de météorologie s'est résolu à solliciter l'appui du public par l'entremise du site de sociofinancement Yoyomolo et la réponse obtenue le laisse sans voix.

En effet, moins d'une heure après avoir publié sa demande, l'objectif initial de 400$ avait déjà été atteint. Sur le coup de 22h30, il ne manquait qu'un poignée de dollars pour atteindre les 1000$. Joint jeudi, Jimmy Desbiens était visiblement dépassé par la générosité des gens. «Étonné, le mot est faible, je suis sur le point de pleurer tout simplement. C'est très touchant de voir tout ce soutien», avoue-t-il, partagé entre la reconnaissance envers les généreux donateurs et la gêne d'avoir sollicité publiquement l'aide des gens.

Père de trois enfants, Jimmy Desbiens a toujours été passionné par la météo. Depuis septembre 2009, il a aménagé sa station actuelle qui lui permet de diffuser avec beaucoup de justesse les hauts et les bas de dame Nature. Depuis, ils sont quelque 21 000 membres à le suivre sur ses différents réseaux. Mais voilà que par erreur, il a perdu le nom de son domaine (meteochicoutimi.ca) et pour en reprendre possession, il doit débourser 100$ US plus frais et taxes. Comme un malheur n'arrive jamais seul, une pièce importante de sa station s'est brisée et la facture tourne autour de 100$ à 150$, car il doit maintenant faire affaire avec un fournisseur américain puisque celui qu'il avait au Canada a fermé boutique.

«J'ai toujours quelques pièces qui brisent parce que l'équipement est installé dehors à longueur d'année, par moins 30 ou par plus 30. Habituellement, ce sont des bris mineurs que je peux réparer moi-même à moindres coûts avec des pièces de rechange, explique celui qui a quelques connaissances en électronique. Mais un matin, je me suis levé et plus rien ne fonctionnait dans la station. Elle indiquait moins 67,9 degrés! Il y a des milliers de personnes qui consultent mon site. Quand je m'en suis rendu compte, j'ai réussi à la réparer temporairement, mais il faut quand même que j'achète une pièce qui provient des États-Unis», relate celui qui offre ce service météo bénévolement.

Amis de bon conseil

C'est en suivant le conseil d'amis qu'il a lancé sa demande d'appui sur le site Yoyomolo, mais de son propre aveu, il n'a pas suivi l'évolution des dons. «Je suis gêné d'aller voir et ce sont les gens qui me disent à combien je suis rendu», confie celui qui a longuement hésité avant d'accorder une entrevue au journal.

La bonne nouvelle, c'est que tout commence à rentrer dans l'ordre. Jeudi, le Saguenéen a payé les frais reliés à l'hébergement de son site Web et à son nom de domaine et s'attend à pouvoir en prendre possession durant la journée de vendredi. Grâce à l'incroyable appui financier reçu, il pourra acheter la pièce endommagée et selon le montant qui sera amassé, il pourra mettre à jour l'équipement de sa station, ce qui lui permettra d'améliorer son service offert gratuitement.

Le site de sociofinancement Yoyomolo restera ouvert encore quelques jours, car il a été créé pour une durée prédéterminée. Chose certaine, Jimmy Desbiens a reçu un soutien bien au-delà de ses espérances et cette marque d'appui l'incitera certainement à continuer l'aventure.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer