Hovington et Noël rencontrés par l'UPAC

Fabien Hovington et Bernard Noël ont été rencontrés... (Archives La Presse)

Agrandir

Fabien Hovington et Bernard Noël ont été rencontrés par les policiers de l'Unité permanente anticorruption, a appris Le Quotidien.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le conseiller municipal Bernard Noël et l'ancien élu de Saguenay, Fabien Hovington, ont reçu, jeudi, la visite des policiers de l'Unité permanente anticorruption (UPAC) relativement aux voyages qu'ils ont effectués en France. Selon les informations obtenues par Le Quotidien, jeudi soir, les deux hommes ont été rencontrés au lendemain de la perquisition de l'UPAC à l'hôtel de ville de Saguenay et à Promotion Saguenay.

Des sources bien informées ont affirmé que Bernard Noël, présentement en congé maladie et en suspension à la suite de son plaidoyer de culpabilité en mai dernier devant la Commission municipale du Québec (CMQ), aurait eu une brève discussion avec les représentants de l'UPAC.

Quant à Fabien Hovington, aujourd'hui directeur général de la société de gestion de la Zone portuaire de Saguenay, il a reçu le même genre de visite. Il a retenu les services du criminaliste Charles Cantin.

«Pour mon client, tout a été dit. Il a passé devant la Commission municipale, devant le conseil municipal et en comité de déontologie. La chose a été jugée et nous n'avons pas d'autres commentaires à faire», a précisé Me Charles Cantin, lors d'un entretien téléphonique.

Reste maintenant à savoir ce que l'UPAC fera avec les deux dossiers. Les deux hommes ont effectué un voyage à Nice aux frais des contribuables et sans avoir les autorisations nécessaires et officielles.

En 2012, M. Hovington s'était servi du Festival forestier de Shipshaw pour se rendre en Norvège afin de rencontrer un commanditaire majeur (ce qui n'a jamais été fait) et s'était arrêté au retour sur la Côte d'Azur en compagnie de Pierre Guillot (alors aux communications du bureau du maire Jean Tremblay) et du président du festival, Yvon Barrette.

Quant à Bernard Noël, sa conjointe et sa fille, ils ont assisté à deux étapes de la compétition internationale de cyclisme, le Tour de France, afin de récolter des conseils afin d'améliorer l'organisation de la Coupe des Nations de Saguenay. Il avait prétendu avoir reçu ce voyage en cadeau du maire Jean Tremblay pour ses heures de bénévolat consacrées au milieu sportif.

Devant la CMQ, au moment de plaider coupable, M. Noël avait changé son fusil d'épaule, disant qu'il avait menti à tout le monde et avait pris tout le blâme.

Selon certaines sources, l'UPAC pourrait s'interroger sur le fait qu'aucune accusation criminelle n'ait encore été déposée contre les deux hommes.

À la suite des décisions de la CMQ, les deux dossiers auraient dû être transférés au service de la Sécurité publique de Saguenay (SPS) pour qu'une enquête soit menée et que le dossier soit soumis au Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP). Le plaidoyer de culpabilité de M. Noël remonte à trois mois, alors que le dossier de M. Hovington a été conclu il y a plus de deux ans.

Questionné à savoir s'il avait reçu le mandat de défendre M. Hovington dans une éventuelle accusation de fraude, Me Cantin a dit ne pas avoir de commentaires à faire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer