Programme Échec au crime: moins de dénonciations

Guy Desmarais, vice-président développement et marketing d'Échec au... (Photo Le Quotidien, Yohann Gasse)

Agrandir

Guy Desmarais, vice-président développement et marketing d'Échec au crime, invite ceux qui veulent dénoncer un crime de façon anonyme à le faire au 1 800 711-1800 ou via le site Internet www.echecaucrime.com.

Photo Le Quotidien, Yohann Gasse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pascal Girard
Le Quotidien

Depuis 2013, le nombre de dossiers transmis aux forces policières par le programme Échec au crime est en baisse au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Il y a trois ans, 54 dossiers ont été transmis à la suite de dénonciations anonymes. Ce nombre est passé à 47 en 2014 et puis 36 l'année suivante. Jusqu'à maintenant cette année, seulement 14 dossiers ont été ouverts.

Pour remédier à cette baisse, un comité de bénévoles est en formation dans la région. Présentement, seuls Granby et Sherbrooke en possèdent un, alors qu'il y en avait initialement 18 un peu partout au Québec.

C'est ce qui est ressorti mercredi d'une rencontre de Guy Desmarais, vice-président développement et marketing d'Échec au crime, avec les médias au bureau régional de la Sûreté du Québec à Chicoutimi. Auparavant, M. Desmarais avait sensibilisé les enquêteurs du district. «Nous sommes ici pour rencontrer les enquêteurs des différents services de police de la région, que ce soit la SQ, Saguenay ou la police autochtone de Mashteuiatsh», a-t-il indiqué. Il aimerait que la collaboration avec les policiers soit augmentée en les invitant à transmettre aux médias l'information disant qu'un crime avait été résolu grâce à Échec au crime.

Nouveau nom depuis 2012

Le programme, connu jusqu'en 2012 sous le nom d'Info-Crimes, permet de dénoncer un crime de façon anonyme, que ce soit au téléphone au 1 800 711-1800 ou via le site Internet www.echecaucrime.com. «Certaines personnes sont très réticentes à appeler la police. Des gens ne veulent pas s'identifier, ou aller à la cour, ou ils ne font pas confiance à la police. Ou peut-être qu'ils ne veulent pas de représailles», a expliqué l'ancien policier et bénévole depuis maintenant 12 ans au sein d'Échec au crime. Il a assuré qu'il leur était impossible de retracer les appels ou les courriels.

En 2015, 295 chefs d'accusation ont été portés au Québec à la suite d'informations obtenues par Échec au crime. Récemment, deux dossiers de personnes en liberté illégale ont été réglés au Saguenay grâce à Échec au crime. Les personnes qui transmettent des informations peuvent recevoir une récompense pouvant atteindre 2000$ si un dossier aboutit. Or, selon Guy Desmarais, seulement 1% des gens réclament cet argent.

À Alma

Une rencontre aura lieu jeudi matin à 9 h avec les étudiants du programme de Techniques policières au Collège d'Alma.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer