Un policier fait l'objet d'une enquête

Une enquête a été ouverte au sujet d'un... (Archives Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Une enquête a été ouverte au sujet d'un policier de la Sécurité publique de Saguenay qui aurait proféré des menaces de morts, en plus d'avoir commis des voies de fait causant des lésions.

Archives Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un policier de la Sécurité publique de Saguenay (SPS) fait l'objet d'une enquête pour avoir proféré des menaces de mort et avoir commis des voies de fait causant des lésions.

Le Quotidien a appris, mercredi après-midi, qu'un enquêteur de la Sûreté du Québec (SQ) travaille présentement sur cette affaire. L'agent aurait commis les infractions criminelles en dehors de ses heures de travail.

Il n'est pas possible d'identifier le policier concerné par cette enquête étant donné qu'aucune accusation n'a encore été déposée.

«Il y a effectivement un policier de notre organisation qui fait l'objet d'une enquête pour des infractions criminelles. Le dossier a été confié à la Sûreté du Québec. Je ne ferai aucun autre commentaire sur cette affaire pour l'instant», a indiqué Pierre Girard, inspecteur à l'administration policière de la SPS, lors d'un entretien avec le journal.

Les événements se seraient produits au cours de la dernière fin de semaine lors d'un festival qui se déroule à l'extérieur de la région.

Des policiers de la SQ seraient intervenus pour arrêter leur collègue de Saguenay. Ils l'ont ensuite remis en liberté sous promesse de comparaître.

Une fois l'analyse faite, le dossier pourrait être soumis au Directeur des poursuites criminelles et pénales, qui déterminera si des accusations doivent être déposées.

Le constable n'a pas été suspendu pour l'instant. Il se trouverait en arrêt de travail depuis un certain temps.

À la Sûreté du Québec, le porte-parole Jean Tremblay ne commentera pas le dossier.

Dany Harvey

Par ailleurs, si le dossier du policier Dany Harvey s'est réglé il y a une semaine au Palais de justice de Chicoutimi par son acquittement, son dossier professionnel à la SPS, lui, ne l'est pas encore.

Selon nos informations, M. Harvey n'a toujours pas été réintégré dans ses fonctions.

En temps normal, le policier doit recouvrer son plein salaire et se faire payer rétroactivement tout ce qu'il a perdu depuis sa suspension (avec la moitié de sa rémunération), en février 2015, soit depuis près de 19 mois.

À la SPS, les membres de l'état-major précisent qu'ils ne feront aucun commentaire sur la décision du juge Paul Guimond, de la Cour du Québec ni sur le suivi du dossier disciplinaire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer