Michel Ringuette questionne le MTQ

Un accotement plus large permet aux cyclistes de... (Archives)

Agrandir

Un accotement plus large permet aux cyclistes de rouler plus sécuritairement.

Archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le maire de Saint-Charles-de-Bourget, Michel Ringuette, a profité de la séance publique du conseil de la MRC du Fjord-du-Saguenay pour questionner les décisions du ministère des Transports du Québec. Ce dernier a réalisé des travaux de 500 000 $ pour aménager un accotement de 1,5 mètre sur la route 170 dans le cadre du circuit des Cols du Fjord.

« Sur la rue principale de ma municipalité, il y a des gens qui marchent, qui font du vélo et des mères qui poussent des poussettes. Le ministère des Transports ne veut pas pour autant élargir l'accotement. Ils vont le faire quand ils vont refaire la route. Dans notre cas, elle a été refaite en 2006 », a insisté le maire Ringuette, visiblement agacé par cette situation.

Il a enchaîné en demandant si M. Lavoie (en référence à Pierre Lavoie) devait passer sur une route pour que le ministère accepte d'aménager ce type de structure qui est plus large que l'accotement habituel. Le préfet et maire de Bégin, Gérald Savard, a donné l'assurance à son collègue que lors de la reconstruction des routes menant aux municipalités, le ministère allait aménager un accotement plus large. Il s'agit d'une bande d'asphalte de deux pieds de l'autre côté de la ligne de bordure selon le préfet Savard.

Les maires du Bas-Saguenay ont évidemment réagi à cette sortie en rappelant que dans le secteur où les travaux sont en cours en ce moment, la portion de la route est dangereuse en raison de l'étroitesse de l'accotement. La route est de plus en plus utilisée par les cyclistes.

Attribution de terrains

Dans un autre ordre d'idée, la MRC du Fjord tiendra d'ici le mois de décembre une journée d'attribution de terrains de villégiature. En tout, les citoyens intéressés pourront tenter leur chance en vue de mettre la main sur l'un des 45 terrains identifiés en bordure des cours d'eau.

La Société des établissements de plein air du Québec, qui a la responsabilité du tirage, disposera de 45 terrains. Un premier lot de 15 terrains sera attribué en bordure de la rivière Valin et un autre lot de 12 terrains sera disponible en bordure de la rivière Shipshaw. Les autres terrains sont situés dans des secteurs plus éloignés. Il y a un terrain en bordure de la rivière des Huit chutes et cinq le long de la rivière de la Tête blanche. Finalement, trois terrains seront octroyés en bordure du lac au Poivre, quatre au lac l'Abbé et cinq au lac aux Brumes.

Les personnes qui remporteront l'un des 45 terrains devront respecter certaines directives. Elles devront verser un loyer annuel à la MRC puisqu'elles détiendront un bail de villégiature les autorisant à ériger un chalet et des dépendances. Le gouvernement conserve la propriété du terrain.

La MRC fera connaître les dates officielles pour les différentes étapes menant à la journée d'attribution des terrains.

Bardsville

Finalement, le conseil de la MRC a autorisé une dépense additionnelle de 20 000 $ dans le cadre d'un contrat de réfection des installations de Bardsville, un site situé en bordure de la rivière Sainte-Marguerite entre Sainte-Rose-du-Nord et Sacré-Coeur ayant appartenu dans le passé au Club de pêche Sainte-Marguerite de la société Rio Tinto.

Le préfet Gérald Savard et la directrice générale Christine Dufour ont effectué une visite du site au cours des derniers jours. La MRC réalise en ce moment la réfection des chalets et principaux édifices qui se situaient sur le site. Selon le préfet, les travaux se déroulent comme prévu à l'intérieur des coûts. La somme additionnelle a été justifiée par l'obligation de construire un mur qui a été démoli dans l'édifice du restaurant. Selon le préfet, personne n'avait relevé ce problème lors de la préparation des appels d'offres.

La MRC avait réservé une enveloppe de 250 000 $ pour réaliser les travaux de réfection. Le contrat a été accordé pour une somme de 150 000 $. Malgré l'ajout, les travaux sont toujours dans les limites de l'enveloppe budgétaire votée par le conseil.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer