Candidatures à la mairie: Jean Tremblay dit ne pas avoir de dauphin

Vice-présidente du Parti des citoyens de Saguenay et... (Photo Le Quotidien, Marianne L. St-Gelais)

Agrandir

Vice-présidente du Parti des citoyens de Saguenay et directrice du centre Nordia, Hélène Deschênes songe à la chefferie.

Photo Le Quotidien, Marianne L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

En marge d'une conférence de presse du centre d'appels Nordia, le premier magistrat a été invité à réagir au fait qu'Hélène Deschênes, directrice de Nordia et administratrice du PCS, songeait à la chefferie. Il a été plutôt avare de commentaires, tout comme la principale intéressée.

« Je n'ai pas de dauphin. Il y a plusieurs candidats qui veulent se présenter, qui sont proches de moi d'ailleurs, mais on aura l'occasion d'en reparler. Ce n'est pas dans le cadre de la conférence de presse », a-t-il d'abord répondu, lors de la période des questions.

Puis, en entrevue individuelle, Jean Tremblay a ajouté : « J'en connais d'autres qui vont se présenter, mais qu'avec leur emploi, ils ne veulent pas le dire. Sans doute qu'à la fin, j'aurai un préféré, c'est humain. Mais écoutez, le Parti des Citoyens va tenir sa convention au mois de mai et je ne sais pas si je vais appuyer quelqu'un publiquement encore. »

« Non, je ne le savais pas [qu'Hélène Deschênes songeait à la chefferie], mais j'ai parlé avec mon entourage et certains le savaient. Elle avait envoyé un courriel vendredi, a-t-il poursuivi. Je dois apprendre à délaisser. »

De son côté, Hélène Deschênes n'a pas voulu discuter davantage de sa réflexion, se limitant à une brève affirmation. « Je ne commenterai pas. Comme vous le voyez, je suis passionnée par mon travail. J'ai dit que j'étais en réflexion, et la réflexion fait aussi partie du cadre de mon travail [...] Je mène avec mon équipe ce bateau-là. Je ne prendrai pas de décision à court terme. Aujourd'hui, on ne parle pas d'Hélène Deschênes, on parle de Nordia. »

Joint au téléphone, le conseiller municipal Luc Boivin, pressenti comme un autre candidat potentiel à la chefferie du PCS, a dit ne vouloir émettre aucun commentaire et refuse même d'affirmer qu'il est en réflexion pour assurer la relève de Jean Tremblay.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer