Rio Tinto ouvre ses portes

Le quai Duncan a été nommé en l'honneur... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Le quai Duncan a été nommé en l'honneur du premier directeur des installations portuaires et ferroviaires de la compagnie Alcan.

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Depuis 90 ans, les Baieriverains voient les convois de matières premières passer par les installations portuaires et ferroviaires de Rio Tinto, mais ils ont pu profiter d'une rare journée portes ouvertes, dimanche, pour découvrir le site du secteur Port-Alfred sous un nouveau jour.

Le remorqueur Fjord Saguenay a fait la démonstration... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais) - image 3.0

Agrandir

Le remorqueur Fjord Saguenay a fait la démonstration de ses lance-eau utilisés lors des incendies.

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

La directrice des opérations des installations portuaires et... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais) - image 3.1

Agrandir

La directrice des opérations des installations portuaires et des services ferroviaires, Nathalie Lessard, a accueilli la population sur le site de Rio Tinto à La Baie.

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Bien que le premier quai industriel de La Baie et les chemins de fer du Roberval-Saguenay ont fêté leur 100e anniversaire il y a quelque temps déjà, leur acquisition officielle par Alcan remonte à 1926.

La compagnie d'aluminium rachetée par Rio Tinto trouvait important de reconnaître les efforts déployés par les quelque 300 travailleurs et de leur permettre de faire visiter les lieux à leurs proches, ainsi qu'à toute la population qui doit cohabiter avec les infrastructures rougies par la bauxite.

«90 ans, ce n'est pas rien, souligne la directrice des opérations des installations portuaires et des services ferroviaires, Nathalie Lessard. Au fil des années, la ville s'est construite autour du port. La zone tampon se résume seulement à une rue. Nous faisons tout pour que les habitants soient le moins incommodés possible. Nous gérons très bien les plaintes et nous sommes le seul port en Amérique du Nord, toutes catégories confondues, à arborer cinq étoiles décernées par l'Alliance verte.»

La dernière activité du genre a eu lieu en 1993. Toute la journée, des tours d'autobus sur le site étaient organisés. Les visiteurs ont pu en apprendre plus sur les quais Duncan et Powell, les quatre grues montées sur rails qui déchargent les cales des bateaux, les entrepôts, les silos d'alumine, le parc de coke de pétrole vert... Par exemple, entre 120 et 125 navires accostent au port chaque année. 

Rio Tinto possède aussi deux remorqueurs équipés de lance-eau afin de combattre les incendies sur les bateaux. L'un d'eux, le Fjord Saguenay, a fait la démonstration de la puissance de ses deux jets, qui peuvent pousser 1200 tonnes d'eau à l'heure. Des stands d'information étaient également installés sous un hangar, avec des jeux gonflables.

«Beaucoup, beaucoup!»

Difficile d'estimer le nombre de personnes qui ont profité de l'activité. «Beaucoup, beaucoup!», s'exclament les organisateurs, qui visaient d'accueillir un millier de visiteurs. 

Les retraités étaient également spécialement invités. Comme leur ancien lieu de travail, deux d'entre eux célébreront leur 90e anniversaire dans les mois à venir. Lucien Simard et Roger Tremblay étaient bien heureux de pouvoir se remémorer de bons souvenirs avec leurs anciens collègues. «Mon fils travaille à l'Usine Alma, alors j'ai toujours gardé un oeil sur Rio Tinto», confie le premier, qui était surveillant principal au quai Powell. «C'était un travail plaisant», assure-t-il fièrement.

Cette fierté est partagée par Nathalie Lessard. «En nous visitant, la population peut mieux comprendre les défis qu'on relève chaque jour. Réduire l'impact de nos opérations est un travail constant. Nos employés ont de bonnes idées pour innover.»

Par une journée venteuse comme celle d'hier, on imagine bien les difficultés posées par le transport de produits en vrac comme la bauxite et le coke de pétrole vert. Lors du passage du Quotidien en autobus à côté du parc, des particules noires s'envolaient dans les airs. Heureusement, des murs coupe-vent limitent les dégâts.

Selon la directrice des opérations, les installations portuaires et ferroviaires représentent le «système sanguin» de Rio Tinto. «C'est ici qu'on reçoit les matières premières qui vont dans les autres usines de la région. Il y a environ cinq millions de tonnes qui sont déchargées dans l'année», indique Mme Lessard.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer