Cogestion du lac Saint-Jean: Couillard appuie la proposition

Philippe Couillard invite Rio Tinto à réfléchir à... (Archives Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Philippe Couillard invite Rio Tinto à réfléchir à un nouveau mode de gestion et à apaiser les tensions actuelles en travaillant avec le milieu.

Archives Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le premier ministre Philippe Couillard appuie la proposition d'une cogestion du lac Saint-Jean formulée par le Comité de suivi de la gestion durable du plan d'eau. Tout en disant respecter le processus en cours devant le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE), il invite Rio Tinto à réfléchir à un nouveau mode de gestion et à apaiser les tensions actuelles en travaillant avec le milieu.

«L'idéal ce serait que le BAPE fasse un genre de recommandation de cogestion de cet actif, qui est un actif commun, qui appartient, oui à l'entreprise, mais qui est également un actif commun pour les gens de la région, et qu'on gère ça de façon plus commune», a affirmé le premier ministre Couillard, en entrevue vendredi matin sur les ondes de Planète 99,5 Roberval, estimant même que Rio Tinto pouvait voir un intérêt à aller dans cette direction.

Celui qui est aussi député de Roberval a dit apprécier la mobilisation du milieu à l'occasion des séances d'informations du BAPE, organisées cette semaine au sujet du renouvellement du Programme de stabilisation des berges du lac Saint-Jean de Rio Tinto.

Il rejette les accusations de mauvaises intentions faites à l'endroit de la multinationale, mais invite cependant l'entreprise à réfléchir.

«Je pense qu'on devrait certainement commencer à réfléchir du côté de l'entreprise et de ses partenaires [pour] aller plus vers un modèle de cogestion dans cette histoire-là, pour que tout le monde puisse s'exprimer et avoir une voix au chapitre, sans que ça vire à la cacophonie [...]», a-t-il exposé.

Celui qui est aussi propriétaire riverain dit constater une «sorte de tension» entre l'entreprise et les groupes d'intervenants, mais convient qu'il sera difficile de trouver une solution qui pourra satisfaire toutes les parties.

«Nous [le gouvernement] on regarde les choses se dérouler et le BAPE aller, mais on espère que l'entreprise, qui a toujours été quand même un assez bon citoyen corporatif va pouvoir trouver une solution avec les partenaires du milieu», a commenté le premier ministre.

À plusieurs reprises, il a rappelé l'importance et l'indépendance du processus devant le BAPE, et a indiqué que lui-même, ainsi que le gouvernement, suivaient le dossier de près.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer