«Une bouffée d'air frais» pour Paradis

André Paradis accueille positivement l'ouverture du premier ministre,... (Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

André Paradis accueille positivement l'ouverture du premier ministre, mais demeure tout de même prudent en attente des décisions politiques.

Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le préfet de la MRC de Lac-Saint-Jean-Est, André Paradis, accueille positivement l'ouverture du premier ministre Couillard au sujet de la cogestion du lac Saint-Jean, mais demeure prudent, en attente des décisions politiques qui devront être prises après les audiences du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE).

«Ce qui est important pour nous, c'est l'ouverture et la compréhension dont il a fait preuve dans le dossier, c'est une bouffée d'air frais [...]», a exprimé le préfet, en réaction aux propos du premier ministre.

Au nom du Comité de suivi de la gestion durable du lac Saint-Jean, le préfet avait défendu une approche de cogestion, jeudi, à Alma, lors de la deuxième séance d'information du BAPE sur le renouvellement du Programme de stabilisation des berges du lac Saint-Jean de Rio Tinto. Le comité rassemble les MRC de Lac-Saint-Jean-Est, du Domaine-du-Roy et de Maria-Chapdelaine ainsi que la communauté de Mashteuiatsh.

André Paradis a vu cette intervention du premier ministre comme un appel «à l'ouverture de Rio Tinto à continuer à écouter la communauté sur les possibilités de gestion commune», et non comme une ingérence politique dans le travail du BAPE, un organisme indépendant.

Prudence

Les intervenants du comité demeurent cependant prudents à la suite de cette sortie du premier ministre. Ils ne peuvent s'empêcher de penser aux résultats du précédent débat sur la gestion du lac Saint-Jean, dans les années 1980.

«Nous restons cependant très, très, très prudents, parce qu'en 1985, lorsque le bureau des audiences avait fait des recommandations au gouvernement de l'époque, aucune n'avait été retenue», a-t-il rappelé.

De bonnes chances

«L'après-BAPE» demeure donc un moment névralgique. M. Paradis garde cependant espoir que l'ouverture du premier ministre permette au projet de cogestion d'aller de l'avant.

«Si M. Couillard et son gouvernement comprennent bien la démarche qu'on entreprend, s'ils respectent les recommandations du bureau d'audiences publiques, on aura de bonnes chances d'obtenir ce que la communauté souhaite avoir, c'est-à-dire un nouveau partenariat avec Rio Tinto.»

«C'est comme une lumière au bout du tunnel, mais en politique, on sait très bien qu'une lumière au bout du tunnel, des fois on pense que c'est le soleil, mais des fois, c'est le train qui s'en vient aussi!» a conclu le préfet avec humour.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer