36 mois pour avoir crevé un oeil avec un couteau à éviscérer

La carrière criminelle de Simon Tremblay commence sur les chapeaux de roue avec... (Photo tirée d'Internet)

Agrandir

Photo tirée d'Internet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La carrière criminelle de Simon Tremblay commence sur les chapeaux de roue avec une peine de 36 mois de pénitencier. Le jeune homme de 22 ans a réglé une quinzaine de dossiers judiciaires, dont un de voies de fait grave, pour avoir fait perdre l'usage d'un oeil à une connaissance. Il est également accusé de production de stupéfiants et possession dans le but d'en faire le trafic.

Le juge Paul Guimond, de la Cour du Québec, a entériné la suggestion commune de Me Jean-Sébastien Lebel (Couronne) et Me Julien Boulianne (défense) d'envoyer l'individu au pénitencier. Comme l'individu de la rue des Érables, à La Baie, est incarcéré depuis le 18 mars, date à laquelle il a commis ses derniers larcins, il lui reste encore 27 mois à faire.

La vie de Tremblay a pris une mauvaise tangente en 2014 après le décès de son père. Il aurait très mal pris ce départ et a sombré dans la consommation de stupéfiants. Jusque-là, l'homme avait commis quelques vols alors qu'il était mineur. Son dossier adulte était vierge.

Après avoir été arrêté pour possession de stupéfiants et de méthamphétamines en juillet 2014 et après avoir menacé son propriétaire en novembre 2015, il a été arrêté en possession de trois plants de marijuana (production) dans le but d'en faire le trafic.

En liberté, Tremblay s'est rendu à Saint-Félix-d'Otis pour y dérober de la drogue, mais il s'est trompé de maison. Il a commis une introduction par effraction, est parti avec le camion du propriétaire et l'a incendié quelques jours plus tard. Les choses ont dérapé le soir du 1er janvier 2016. Le client de Me Boulianne se trouvait dans un appartement avec des amis pour consommer des stupéfiants. Au bout d'un moment, il a appris que l'un des consommateurs est parti chez lui pour y dérober de l'argent. Tremblay ne fait ni un ni deux et se rend à l'appartement de sa victime pour reprendre son dû. Il s'est emparé du porte-monnaie de son ami (vol qualifié) et au moment de quitter, il s'est buté à sa victime. Tremblay lui a dit de le laisser passer ou il le frapperait.

Son ami a refusé de se tasser et Tremblay a sorti un couteau à éviscérer de sa poche, l'a porté à sa main et a frappé l'homme au visage. Le crochet du couteau est entré dans l'oeil de la victime.

«La vision de la victime est de 16 pour cent. Il a subi une opération de six heures à laquelle deux médecins ont participé. On lui a remis une carotide. Il ne verra plus jamais de couleurs et ne pourra jamais voir de sa vie avec cet oeil», a mentionné Me Lebel, ajoutant que l'accusé avait défait sa vie en l'espace de deux années.

Par la suite, Tremblay a commis quelques bris de promesse, a quitté une thérapie après quelques semaines seulement et s'est fait prendre au moment d'une introduction par effraction. «Mon client a eu vraiment de la difficulté à vivre le décès de son père. Sa principale préoccupation était de noyer sa douleur», a repris Me Boulianne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer