Trahi par une recherche sur Google

Serge Lamontagne a enregistré des plaidoyers de culpabilité.... (123rf)

Agrandir

Serge Lamontagne a enregistré des plaidoyers de culpabilité. L'homme, sans antécédent judiciaire, doit rencontrer un agent de probation afin de produire un rapport présentenciel, qui inclura une évaluation sexologique.

123rf

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Jonquiérois Serge Lamontagne plaide coupable aux accusations de possession et de distribution de matériel pornographique et de leurre informatique. Il s'expose à une peine minimale de prison.

L'homme de 63 ans de la rue Fay, à Jonquière, a été arrêté en février 2015 à la suite d'une perquisition des policiers de la Sûreté du Québec et des membres de l'Équipe d'enquêtes sur l'exploitation sexuelle des enfants sur Internet. Les agents avaient saisi tout le matériel informatique et un appareil photo qui se trouvait à son domicile.

Les agents étaient parvenus à le retracer après que l'individu eut utilisé le moteur Google pour chercher des images d'enfants. Il avait ensuite partagé des photos, ce qui a permis aux policiers de le retracer.

Dans les fichiers enregistrés, les enquêteurs ont découvert 314 images et 78 films de pornographie juvénile. Ils ont pu voir que de nombreux autres fichiers avaient été consultés, mais que ceux-ci n'étaient plus visibles.

« L'individu a téléchargé de nombreux fichiers de photos d'enfants nus dont l'âge variait d'un à 12 ans », a expliqué Me Michaël Bourget, du bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP).

« Il a aussi commis du leurre informatique. Il est entré en communication avec des jeunes afin d'avoir une conversation avec eux. Au départ, c'était banal, mais il a rapidement bifurqué sur des discussions plus spécifiques. Il demandait s'ils étaient nus, s'ils avaient une webcam ou s'ils avaient des jeunes soeurs », d'ajouter Me Bourget.

Le client de Me François Dionne a enregistré des plaidoyers de culpabilité. L'homme, sans antécédent judiciaire, doit rencontrer un agent de probation afin de produire un rapport présentenciel, qui inclura une évaluation sexologique.

Le dossier reviendra en Cour le 27 janvier pour le dépôt du rapport et les représentations sur sentence.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer