L'entente avec Jazz renouvelée

La directrice du Cégep de Chicoutimi, Denise Blanchette,... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

La directrice du Cégep de Chicoutimi, Denise Blanchette, le chef pilote pour l'Est de l'Amérique chez Jazz, Gilbert Cusson, et le directeur du CQFA, Serge Boucher, ont annoncé conjointement une entente de 5 ans dans le cadre du programme La Passerelle Jazz pour l'embauche de finissants du cégep en pilotage dans les équipages du transporteur aérien.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Centre québécois de formation en aéronautique du Cégep de Chicoutimi (CQFA) et le transporteur aérien Jazz, une filiale d'Air Canada, ont prolongé de cinq ans l'entente sur l'embauche de finissants en pilotage de ligne pour les intégrer aux équipages réguliers, ce qui permet de combler une partie des besoins en personnel de vol de l'entreprise.

Les dirigeants du centre, du cégep et de la compagnie aérienne ont confirmé la prolongation de l'entente dans le cadre d'un point de presse tenu mercredi dans le hangar principal situé à l'aéroport de Saint-Honoré. La compagnie aérienne est en terrain connu puisqu'elle embauche des finissants du CQFA depuis maintenant huit ans et constate que son programme est un véritable succès.

La nouvelle entente donne à cette relation un caractère beaucoup plus officiel puisqu'il s'agit désormais du programme La Passerelle Jazz. Le programme se traduit par des ententes avec des collèges et universités canadiennes qui offrent une formation en pilotage de ligne. Au Québec, le CQFA est le seul établissement en formation en pilotage de ligne à participer à La Passerelle Jazz.

Le chef pilote pour la région de l'Est de l'Amérique du Nord chez Jazz, Gilbert Cusson, a insisté sur les modalités d'intégration des jeunes finissants du CQFA dans les équipes des appareils pour les vols commerciaux. Les candidats du CQFA qui ont 253 heures de vol d'expérience doivent répondre aux mêmes critères que les pilotes provenant de transporteurs de moindre importance qui possèdent des carnets de vol de 2000 heures. Jazz considère que les finissants du CQFA ont la formation adéquate pour remplir les exigences de l'entreprise.

Pendant le point de presse, le chef pilote de l'entreprise a souligné les points forts du CQFA qui permettent à son entreprise de sélectionner les meilleurs candidats au terme de leur formation de trois ans: «Le simulateur de vol utilisé par les étudiants à Dorval qui permet la gestion des équipages de vol est un équipement qui reproduit les conditions de nos équipements de vol. C'est un avantage important puisqu'il s'agit d'un simulateur reproduisant les conditions d'un Boeing 737-800», explique le chef pilote de Jazz.

Il a émis les mêmes commentaires pour le Navajo bimoteur qui est utilisé pour les séances d'entraînement en situation réelle pour les vols commerciaux. Le centre de formation utilise les bons outils pour que les finissants arrivent en terrain connu lorsqu'ils prennent place sur le siège du copilote dans un appareil de ligne de Jazz.

Le directeur du CQFA, Serge Boucher, a évidemment accueilli la prolongation du programme comme une reconnaissance de la qualité de la formation en pilotage dispensé depuis maintenant 48 ans par le Cégep de Chicoutimi. Il souligne que cette prolongation de l'entente illustre bien les efforts réalisés par le centre pour innover en matière de formation et de gestion de la sécurité. Les cours sur la gestion des équipages constituent l'une de ces innovations qui ont été développées en parallèle avec l'utilisation du simulateur de vol à Dorval.

«La relation étroite qui existe entre le CQFA et Jazz depuis 2007 est maintenant reconnue officiellement grâce à cette entente. L'intégration des diplômés du CQFA est un succès depuis cette collaboration, qui permet à nos étudiants de profiter d'occasions professionnelles intéressantes», a résumé Serge Boucher.

Fleurons québécois

La directrice générale du Cégep de Chicoutimi, Denise Blanchette, a rappelé que le CQFA est l'un des fleurons québécois en matière d'enseignement. Il fait partie des cinq écoles nationales. Pour Mme Blanchette, la prolongation de cette entente confirme la qualité et le statut de cette école dans le monde de l'aviation.

Le CQFA reçoit chaque année pas moins de 300 demandes d'admission et retient 40 candidats pour la formation de trois ans. En plus de cette annonce, Jazz a remis une bourse de 3000 $ à un étudiant démontrant une grande attention pour les notions de sécurité, une valeur que l'entreprise préconise dans le cadre de ses opérations.

Avion réparé

L'appareil de type Navajo qui avait été dans l'obligation de se poser d'urgence à l'aéroport de Percé avec à son bord un professeur et des élèves du CQFA à l'aéroport de Percé a été réparé. L'appareil a manqué de puissance au décollage après avoir été ravitaillé avec le mauvais type de carburant. L'enseignant a réussi, en compagnie du copilote, à effectuer les manoeuvres nécessaires pour se poser d'urgence. Les deux moteurs, à 75 000 $ l'unité, ont été remplacés.

Selon le directeur du CQFA, Serge Boucher, les assureurs du collège s'occupent de tous les détails de cette affaire. Le CQFA a de son côté documenté l'événement pour l'intégrer à la formation des étudiants comme faisant partie d'un risque potentiel. Dans ce cas spécifique, c'est le fournisseur en carburant de l'aéroport qui a commis l'erreur.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer