Un bilan positif malgré la grisaille pour la SVA

Le président de la SVA, Arthur Gobeil, a... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Le président de la SVA, Arthur Gobeil, a catégoriquement refusé de commenter la situation qui prévaut présentement à l'usine d'extrusion Pexal Tecalum d'Alma.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Société de la vallée de l'aluminium (SVA) trace un bilan positif de sa dernière année d'activités. Des chiffres démontrent que les secteurs de la transformation de l'aluminium et des équipementiers au Saguenay-Lac-Saint-Jean se tirent particulièrement bien d'affaire malgré la grisaille qui caractérise cette industrie depuis quelques années.

La SVA tenait mardi son assemblée générale annuelle avec en trame de fond la crise qui secoue en ce moment l'usine d'extrusion Pexal Tecalum d'Alma alors que les actionnaires, dont celui qui occupait la fonction de directeur général, Sylvain Gagnon, ne parviennent pas à s'entendre. Malgré le symbole que représente ce qui se dessine comme un autre échec pour le secteur régional de l'aluminium, le président de la SVA, Arthur Gobeil, a catégoriquement refusé de commenter cette situation. Il a préféré s'attarder à souligner les réalisations de l'organisme et surtout la stabilité qui caractérise le secteur.

«Nous terminons l'année avec une entreprise de plus qu'en 2004, mais avec une très légère réduction des emplois. On attribue cette légère réduction du nombre d'emplois aux améliorations technologiques au sein des PME qui font qu'elles sont plus productives. Mais le plus important, c'est que nos entreprises de la grappe affichent des carnets de commandes qui vont de 12 à 24 mois. C'est une très bonne situation pour la région», a expliqué le président.

Quelques déceptions

La SVA a évidemment eu des déceptions au cours de la dernière année. Un projet important de billettes d'aluminium avec Proco Métal a été annulé alors que la société était sur le point de réserver une salle pour la conférence de presse. À la toute dernière minute, il a manqué un contrat pour permettre de confirmer le projet. Arthur Gobeil est déçu, mais soutient que ce genre de situation est propre au travail particulier de la SVA qui oeuvre sur trois fronts avec les projets structurants nécessitant des investissements de 50 M$ et plus comme des fonderies ou des usines d'extrusion, de projets nécessitant des investissements de moindre envergure ainsi que toute la grappe des équipementiers.

Les nouvelles sont particulièrement positives au chapitre des exportations des équipementiers. La SVA a initié au cours des deux dernières années une démarche pour supporter les équipementiers de la région qui désirent proposer des biens et services à des producteurs d'aluminium ailleurs dans le monde, avec comme objectif les producteurs du golfe Persique. Mardi, Arthur Gobeil rappelait qu'il n'était pas simple d'ouvrir les portes pour ce marché et qu'en ce moment, le groupe des six équipementiers de la région mis en place avait franchi plusieurs étapes.

«Nous sommes maintenant à l'étape de signer des contrats et on parle de plusieurs millions de dollars pour la prochaine année. Nous avons notre place d'affaires à Dubaï et ça semble vouloir donner des résultats concrets», a repris le président.

La SVA considère toujours la région comme une porte d'entrée intéressante pour des entreprises situées en Europe qui veulent un accès au grand marché américain. Elle a donc mandaté une firme britannique spécialisée dans le secteur de la transformation pour répertorier des entreprises qui pourraient s'installer dans la région ou mettre en place des partenariats avec des entreprises d'ici. La firme a identifié pas moins de 2000 entreprises en Europe. Elle a procédé à différentes analyses et a finalement réduit le nombre de façon significative. Des entrevues ont été réalisées avec les dirigeants de celles dont les activités auraient intérêt à s'intégrer à la grappe industrielle régionale.

Entreprises intéressées

Au terme de cet exercice, Arthur Gobeil confirme que 14 entreprises ont démontré un intérêt pour entreprendre des discussions. Ce sont 14 projets potentiels de création d'entreprises dans la région qui seront analysés soigneusement au cours des prochaines semaines.

Finalement, le président de la SVA a confirmé la nouvelle façon de faire de la SVA. L'organisme entend conserver une structure légère tout en ayant recours à des consultants lorsque la situation l'exige.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer