Accusée pour un coup de canne à l'aréna

La Baieriveraine Mélanie Lavoie s'est laissée emporter dans le feu de l'action... (123RF)

Agrandir

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Baieriveraine Mélanie Lavoie s'est laissée emporter dans le feu de l'action et elle doit maintenant faire face à la justice après avoir frappé un membre du personnel des Marquis de Jonquière d'un coup de canne.

La dame de 41 ans doit répondre d'accusations de voies de fait armées (avec sa canne) et de voies de fait simples. Son dossier a été reporté au 11 octobre.

L'histoire s'est produite lors d'un match de hockey mineur à l'aréna Jean-Claude-Tremblay, à La Baie.

Au mois de mars dernier, la rencontre entre la formation de Jonquière et du National de La Baie s'est terminée dans le tumulte.

Avec cinq minutes à faire au match, un porte-couleurs des Marquis a reçu un double-échec d'un adversaire. Il a quitté le match avec l'aide du soigneur de la formation.

En raison de l'échauffourée et du pointage nettement favorable aux Jonquiérois, l'officiel a décidé de mettre un terme à toute cette histoire.

La décision a soulevé l'ire de certains parents assis dans les gradins. L'affaire s'est gâtée lorsque les officiels ont invité les hockeyeurs jonquiérois à regagner leur vestiaire.

Au moment de quitter la patinoire, la cliente de Me Dominic Bouchard a invectivé le gardien de but des Marquis.

«Mon p'tit tabarn..., tu dois avoir eu frette aux pieds», a lancé la dame, possiblement en référence au fait qu'il n'avait pas vu beaucoup d'action durant le match.

L'un des membres des Marquis de Jonquière a répliqué en lui disant qu'il n'était pas correct de crier de cette façon après un adolescent.

Il n'en fallait pas plus pour soulever l'ire de Mme Lavoie. Celle-ci a utilisé sa canne pour frapper sa victime. Elle aurait réussi à l'atteindre à quelques reprises.

Un individu a décidé de prendre son cellulaire pour filmer la scène. Voyant ce qui se passait, un homme a tenté d'arracher le téléphone de ses mains, mais aurait plutôt reçu des coups au visage en retour. Le cellulaire, quant à lui, s'est retrouvé sur la patinoire.

À l'arrivée des policiers de la Sécurité publique de Saguenay (SPS), de nombreuses personnes avaient des choses à raconter. Au final, ils auront retenu les témoignages de cinq ou six personnes.

Le dossier a été soumis au Directeur des poursuites criminelles et pénales et les accusations sont tombées mardi matin au Palais de justice de Chicoutimi.

Ce n'est pas le premier dossier de chicane et de bagarres à survenir lors d'un match de hockey mineur au Saguenay-Lac-Saint-Jean et même au Québec.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer