Piscine intérieure: les élus de Dolbeau optimistes

Richard Hébert, maire de Dolbeau-Mistassini... (Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Richard Hébert, maire de Dolbeau-Mistassini

Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Les élus de Dolbeau-Mistassini sont désormais plus optimistes que le projet de piscine intérieure de 13,2 millions$ se concrétise à la suite de l'annonce du programme Fonds chantiers Canada-Québec.

«Nous avons discuté avec le député de Roberval qui nous a fait part de ce programme. C'est d'autant plus intéressant que la contribution de la ville serait de 33% plutôt que 50% pour les autres programmes du genre. C'est encourageant», a informé le maire Richard Hébert, lundi soir, lors de la séance publique du conseil municipal.

Le volet Fond des petites collectivités analyse les projets des villes de moins de 100 000 habitants qui se «dotent d'infrastructures qui peuvent contribuer, entre autres, à leur essor culturel, sportif, de loisir, touristique ou à la protection des biens publics».

«C'est un miracle que notre piscine tient encore. Elle a une fuite et l'eau s'écoule. On ne peut pas s'imaginer ne pas avoir de piscine à Dolbeau-Mistassini. De plus, c'est une infrastructure supra locale, car elle est très utilisée par des gens de toute la MRC», a-t-il ajouté.

Piscine semi-olympique

Le projet vise la construction d'une piscine semi-olympique de six couloirs, de jeux d'eau permanents utilisables à l'année, de gradins et l'aménagement d'un gymnase.

Si la ville obtient une subvention, elle s'élèverait à 8,8 millions$ et sa contribution serait de 2,4 millions$. La MRC Maria-Chapdelaine verserait un million$ et une campagne de financement serait organisée pour récolter un autre million.

Place Festival Western

Dolbeau-Mistassini souhaite se départir de la majorité des bâtiments et équipement qui se trouvent à la Place Western. La Ville a vendu récemment une clôture en métal, des gradins et un kiosque.

«Nous demandons aux gens de nous faire parvenir des offres pour les petits bâtiments qui restent. Nous voulons nous en débarrasser. Comme il n'y a pas de surveillance dans ce secteur, nous voulons éviter les bris et les blessures. On va accepter toutes les offres raisonnables. On veut faire tout faire disparaître», a lancé Richard Hébert.

Même si aucun promoteur n'a déposé de proposition pour utiliser cet immense terrain situé près de la rivière Mistassini, la ville veut rendre l'endroit plus propre. Seules la grange et la bâtisse du casino sont considérées comme adéquates.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer