Le retour des Casques bleus

Les ministres Stéphane Dion, Harjit Sajjan, Ralph Goodale... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

Les ministres Stéphane Dion, Harjit Sajjan, Ralph Goodale et Marie-Claude Bibeau ont confirmé le déploiement de 600 soldats pour les opérations de paix à l'international.

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

Le Canada fait un retour dans les opérations de paix de l'Organisation des Nations Unies (ONU). Ottawa confirme le déploiement de 600 Casques bleus pour ces missions qui ont été progressivement délaissées par le gouvernement Harper.

Ce nouveau Programme pour la stabilisation et les opérations de paix (PSOP), doté d'un budget de 450 millions $ sur trois ans, a été annoncé vendredi par les ministres des Affaires étrangères, Stéphane Dion, de la Défense, Harjit Sajjan, de la Sécurité publique, Ralph Goodale, et du Développement international, Marie-Claude Bibeau, en marge du caucus libéral.

«Ce plan exprime notre volonté d'être un architecte résolu de la paix afin de bâtir un monde plus paisible et prospère. Et pour que le Canada réussisse son retour dans les opérations de paix, il doit avoir une approche multidimensionnelle, combinant la diplomatie, le militaire, la sécurité et le développement international et l'aide humanitaire», a affirmé M. Dion, justifiant ainsi la présence des autres ministres à la table.

Les militaires de Bagotville pourraient être appelés à intervenir, comme tous les autres membres des Forces armées canadiennes.

«On peut s'attendre à ce qu'on utilise nos ressources. Et on est très fiers de ce qui se fait à Valcartier et Bagotville. On ne peut pas donner plus de détails aujourd'hui. Mais il est important pour nous de faire l'annonce à Bagotville, car c'est une base extrêmement professionnelle dont nous sommes très fiers», a répondu le ministre des Affaires étrangères.

En plus des militaires, les policiers canadiens seront appelés en renfort pour ces missions. Le ministre Ralph Goodale a confirmé une enveloppe de 47 millions $ sur trois ans pour le déploiement de 150 policiers.

Le nouveau programme PSOP sera axé sur la prévention des conflits, le dialogue, la médiation et la consolidation de la paix. Les pays où seront envoyés les Casques bleus n'ont pas été dévoilés. Mais les besoins se font sentir sur le continent africain, a rappelé le ministre de la Défense, Harjit Sajjan, qui revient d'ailleurs d'une tournée en Afrique. Plusieurs missions de l'ONU sont en cours sur ce continent.

«Il y a trop d'endroits dans le monde où on nous demande de revenir par rapport à nos capacités réelles. Il faudra être très sélectif», a mentionné Stéphane Dion. «Si on choisit une mission, c'est parce qu'on croit qu'on peut faire une réelle différence. Car ce n'est pas des décisions faciles d'envoyer nos troupes, nos policiers et les travailleurs humanitaires dans des endroits où la situation est difficile», a ajouté le ministre Sajjan.

Ce retour dans les missions de paix concorde avec la campagne du Canada en vue d'obtenir un siège au Conseil de sécurité des Nations unies en 2021. Le gouvernement de Justin Trudeau souhaite davantage s'impliquer sur la scène internationale pour mousser la candidature du pays qui n'a plus de siège depuis 2000.

«Le Canada doit être à l'ONU. Non pas que l'ONU est une institution parfaite. Elle a toutes sortes de problèmes. Mais si on veut l'améliorer, il faut y être, y compris au Conseil de sécurité», a mentionné le ministre Dion.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer