Le CIUSSS devra expliquer l'abolition de services religieux

Le comité des usagers de Chicoutimi se penchera sur les services religieux... (123rf)

Agrandir

123rf

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

Le comité des usagers de Chicoutimi se penchera sur les services religieux offerts dans les établissements de santé de l'arrondissement, dont les centres d'hébergement. Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) a aboli le poste d'aumônier qui était chargé d'assurer les soins spirituels aux patients chicoutimiens.

Depuis l'annonce de cette coupe, une dizaine de citoyens se sont plaints au comité des usagers, une organisation qui veille à défendre les intérêts des patients. «On a eu plusieurs appels. On a donc demandé à un représentant de la direction de venir expliquer cette décision à notre prochaine rencontre. Ensuite, le sujet sera discuté. Est-ce qu'il y aura des actions qui seront prises? Ça sera au comité de décider après les discussions», précise Chantal Goupil, la personne ressource embauchée par le comité.

L'abolition du poste d'aumônier permet au CIUSSS d'économiser 63 000$ pour l'année financière 2016-2017. Ce montant représente l'équivalent du salaire de l'aumônier, qui travaillait quatre jours semaine, et de sa prime de garde.

En 2014, le centre de santé d'Alma avait également aboli un poste d'intervenant en soins spirituels. Une décision qui avait également été dénoncée par des patients. Selon les dernières données fournies par le CIUSSS, sept prêtres travaillent dans les installations de santé de la région. Jonquière et La Baie en comptent chacun deux, tandis qu'Alma, Roberval et Dolbeau en ont un chacun.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer