Alexandre Cloutier exige un rappel à l'ordre

Le député péquiste de Lac-Saint-Jean, Alexandre Cloutier, rappelle... (Archives Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Agrandir

Le député péquiste de Lac-Saint-Jean, Alexandre Cloutier, rappelle que Rio Tinto a des obligations contractuelles pour la réparation des berges.

Archives Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

«Les dirigeants de Rio Tinto voudraient que les gens de la région fassent des mamours à l'entreprise alors qu'ils sont toujours en train de faire des déclarations de guerre aux citoyens qui sont de plus en plus inquiets face à la stratégie déployée en ce qui concerne la gestion des berges du lac Saint-Jean.»

Le député péquiste de Lac-Saint-Jean, Alexandre Cloutier, ne comprend pas la stratégie de diversion déployée par la multinationale quand elle fait état de subventions aux riverains ou même la possibilité de refiler la facture pour les travaux de stabilisation des berges. Il exige que le premier ministre du Québec et député de Roberval, Philippe Couillard, rappelle à l'ordre la multinationale pour qu'elle cesse immédiatement ces manoeuvres.

«Le premier ministre Philippe Couillard doit mettre le pied par terre et les rappeler à l'ordre. Les riverains n'ont aucune responsabilité sur l'érosion des berges. Le gouvernement accorde des privilèges à l'entreprise et il n'est pas question que les citoyens se retrouvent avec une facture additionnelle en plus de devoir payer un compte de taxes municipales. Je me demande sur quelle planète ces gens-là vivent», a déclaré le candidat à la direction du Parti québécois, visiblement excédé par le comportement de la multinationale.

Pas plus tard que mardi, l'organisme Riverains Lac-Saint-Jean 2000 demandait le report des discussions concernant la gestion de la Société Immobilière Alcan pour les baux de villégiature et la question des berges. Alexandre Cloutier affirme qu'il ne doit même pas y avoir de discussion puisque l'entreprise doit respecter la loi.

«Ils ont des obligations contractuelles pour la réparation des berges et il n'est aucunement question que les riverains doivent financer les travaux ou autres coûts associés au programme de stabilisation. Il s'agit d'un engagement contractuel que l'entreprise ne peut pas modifier», reprend Alexandre Cloutier.

Incertitude

«C'est assez surprenant de voir la compagnie qui demande le soutien de la population pendant qu'elle tente en même temps de lui refiler une facture. Qu'ils ne se demandent pas pourquoi les gens sont réticents à leur faire de déclarations d'amour. Il s'agit d'une stratégie de diversion qui ne fait que créer de l'incertitude au sein de la population», ajoute le député qui n'hésiterait pas à légiférer pour que l'entreprise cesse cette campagne où elle fait circuler des informations sans préciser la nature exacte de ses intentions.

Devant cette situation inacceptable pour la population, Alexandre Cloutier réitère sa demande auprès du premier ministre Philippe Couillard pour que le gouvernement fasse cesser immédiatement cette manoeuvre de la multinationale. Il croit que la situation ne peut durer une journée de plus.

Le député de Lac-Saint-Jean affirme que les riverains doivent avoir le loisir de se présenter devant le Bureau des audiences publiques sur l'environnement (BAPE) pour donner leur point de vue sur le mode de gestion, et ce, sans crainte de se faire imposer quoi que ce soit par Rio Tinto qui, réitère Alexandre Cloutier, a des obligations contractuelles très précises quant à ses responsabilités sur l'érosion des berges du lac Saint-Jean et la réparation des dommages.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer