Cloutier promet de faire respecter le contrat

Alexandre Cloutier promet de forcer la multinationale à... (Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Alexandre Cloutier promet de forcer la multinationale à respecter ses engagements envers la région, dont le déploiement de la technologie AP60 au Complexe Jonquière.

Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

Le marché de l'aluminium est en meilleure posture que le prétend Rio Tinto, selon Alexandre Cloutier. Et le candidat à la direction du Parti québécois promet de forcer la multinationale à respecter ses engagements envers la région, dont le déploiement de la technologie AP60 au Complexe Jonquière. La direction de RT, rappelons-le, estime qu'il n'y a pas de place pour de nouveaux projets en raison de la crise qui frappe le marché de l'aluminium.

«La demande mondiale est en croissance. Il y a de la place pour des projets. Rio Tinto doit respecter son contrat au Saguenay-Lac-Saint-Jean et je vais l'exiger», plaide le député de Lac-Saint-Jean et potentiel futur premier ministre.

Ce dernier se trouvait sur la Côte-Nord, mardi, dans le cadre de sa campagne. Le candidat a d'ailleurs tenu à rassurer les électeurs de cette région qui fondent eux aussi de grands espoirs sur l'aluminerie Alouette, détenu en partie par RT. L'entreprise a annoncé il y a quelques semaines qu'elle étudiait la possibilité d'implanter à grande échelle la technologie AP60. Une implantation attendue depuis plusieurs années à Jonquière.

«Il y a de la place pour des projets sur la Côte-Nord et au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Les deux régions peuvent en profiter. Il faut éviter les chicanes territoriales», estime M. Cloutier, qui a voulu se montrer rassembleur.

Ce dernier estime toutefois que les investissements au Saguenay-Lac-Saint-Jean doivent être privilégiés, en raison des engagements financiers promis par RT dans l'accord signé avec le gouvernement du Québec. L'accord prévoit des investissements de 2 milliards$ sur 10 ans, en échange de droits hydrauliques. «Rio Tinto ne respecte pas cette obligation», déplore M. Cloutier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer