SADC: budget renouvelé, coupes évitées

Chrystine Fortin, de la SADC Lac-Saint-Jean Ouest, et... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Chrystine Fortin, de la SADC Lac-Saint-Jean Ouest, et le député Denis Lemieux ont annoncé, lundi, le renouvellement de l'entente entre DEC et les SADC de la région.

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

Ottawa renouvelle son financement aux Sociétés d'aide au développement des collectivités (SADC) du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Les cinq organisations se partageront un peu plus de 6 millions$ pour les trois prochaines années. Il s'agit du même montant que celui fixé lors de la dernière entente. Mais dans un contexte de restrictions budgétaires, l'enveloppe satisfait les représentants régionaux des SADC.

«Le budget est relativement stable année après année. C'est un montant qui permet de payer les frais de fonctionnement, car les SADC comptent une trentaine de professionnels. Mais on est content de ne pas être coupé, car d'autres organisations ont carrément vu leur budget amputé. Dans le contexte, c'est une bonne nouvelle et ça nous rassure», commente Chrystine Fortin, présidente de la SADC Lac-Saint-Jean Ouest et représentante régionale au sein du réseau.

L'entente renouvelée par Développement économique Canada (DEC) a été annoncée par le député Denis Lemieux. Ancien homme d'affaires, ce dernier était particulièrement fier de confirmer la bonne nouvelle.

«Les SADC m'ont aidé dans le passé. Je connais leur valeur ajoutée. Encore aujourd'hui je leur soumets des dossiers qui atterrissent sur mon bureau. Ils sont les mieux placés pour répondre aux besoins des entrepreneurs, car ils connaissent les enjeux économiques du territoire», insiste le député libéral.

Cette annonce confirme aussi les contributions de DEC pour les Initiatives spéciales qui permettent aux SADC de supporter des projets de développement local et de stages d'emploi pour des jeunes. Les SADC et les CAE prioriseront les interventions dans les domaines de l'innovation, du transfert d'entreprise, du développement durable et des technologies de l'information.

De plus, l'âge limite pour participer à l'initiative Stratégie jeunesse est porté de 35 à 39 ans inclusivement. Cette initiative donne aux jeunes entrepreneurs, ou ceux qui veulent le devenir, l'accès à un financement et à un accompagnement adapté à leurs besoins.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer