On veut entendre le mot «Jonquière»

Alain Gagnon, président du Syndicat des employés de... (Archives Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Alain Gagnon, président du Syndicat des employés de l'aluminium d'Arvida.

Archives Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

La président du Syndicat national des employés de l'aluminium d'Arvida (SNEAA), Alain Gagnon, souhaite entendre le mot «Jonquière» lorsqu'il est question des investissements futurs de Rio Tinto, division aluminium (RTA), un discours qu'il ne retrouve pas dans la bouche du nouveau patron Gervais Jacques, nouvellement nommé au poste de directeur exécutif des opérations pour l'Atlantique.

À la suite d'une rencontre de près de deux heures tenue mercredi avec M. Jacques, où l'ensemble des dossiers concernant l'avenir du Complexe Jonquière a été abordé, dont celui de l'Usine Vaudreuil, M. Gagnon se demande encore à quel appui supplémentaire s'attend la haute direction de la compagnie pour annoncer des intentions claires et fermes concernant ses intentions d'investissement pour les phases 2 et 3 de l'aluminerie AP60.

«Je ne sais plus quoi penser de leur discours. Pour reprendre l'analogie de M. Jacques faite par rapport aux Jeux olympiques, il faut trois ou quatre ans de préparation à un athlète olympique pour faire une performance d'une minute. RTA nous dit qu'elle ne se sent pas la bienvenue et qu'elle reçoit des huées. Ça fait depuis 2008 que l'exécutif du SNEAA fait du travail de préparation en répondant oui à la demande de réouverture des conventions collectives, en renégociant les règles des fonds de pension, en appuyant le projet Vaudreuil 2022. On s'est entraînés depuis 2008», déclare M. Gagnon.

L'appui du gouvernement du Québec en 2006, qui a accordé un prêt à long terme sans intérêt de 400 M$, et la prolongation de la vie des salles de cuves précuites constituent d'autres exemples d'appui provenant de la population.

M. Gagnon convient que le marché de l'aluminium est agressif avec la présence des Chinois et des Russes, mais il croit que le Saguenay-Lac-Saint-Jean a droit à un changement de discours.

«On veut entendre le mot ''Jonquière''. On ne veut pas entendre du discours mou, mais du solide, que les phases 2 et 3 d'AP60 vont se réaliser. Avec mon équipe, on a livré la marchandise», insiste-t-il.

Rencontre avec Couillard

Outre la rencontre avec M. Jacques, le leader syndical a été tiré de ses vacances afin de rencontrer jeudi matin le premier ministre Philippe Couillard à son bureau de Roberval pendant une bonne heure.

Encore là, le point a été fait sur l'ensemble des dossiers. Selon lui, le premier ministre est conscient de la situation du marché mondial de l'aluminium, mais il sait qu'il faut continuer à travailler à retenir l'industrie de l'aluminium au Québec.

M. Gagnon affirme avoir l'appui du gouvernement du Québec pour concrétiser les phases 2 et 3 d'AP60. Le président du SNEAA affirme avoir rencontré les chefs de tous les partis politiques en place actuellement à Québec.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer