400 arbres à abattre à Arvida

Plusieurs arbres ont été coupés.... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Plusieurs arbres ont été coupés.

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Quelque 400 arbres malades doivent être abattus cet été de façon préventive dans le secteur Arvida, à Saguenay. La majorité de ces arbres sont des ormes touchés par la maladie hollandaise de l'orme.

Un suivi est effectué chaque année à Saguenay pour vérifier l'état des arbres situés sur les terrains appartenant à la municipalité. Dans les dernières années, environ 200 ont été abattus uniquement dans le secteur Arvida, particulièrement affecté par la maladie hollandaise de l'orme. Des saules touchés par l'orchestre du saule, un petit insecte noir ravageur, sont aussi abattus. 

Cette année, 400 arbres seront abattus, et les travaux sont principalement réalisés en août, indique Marie-Hélène Lafrance, conseillère aux relations médias à Saguenay.

Les élagueurs étaient d'ailleurs visibles dans les rues d'Arvida mardi, abattant des arbres et enlevant des souches. « Les travaux touchent principalement Arvida en raison de la large concentration d'ormes », souligne Mme Lafrance.

Chaque arbre remplacé

Chaque arbre est suivi, et son niveau d'atteinte par la maladie est évalué pour établir une liste de priorité d'abattage. Les citoyens peuvent aussi appeler la Ville pour signaler un arbre malade.

Après l'abattage et l'essouchage, chaque arbre abattu est remplacé. Une autre espèce d'orme, résistante à la maladie hollandaise de l'orme, est utilisée pour la plantation.

« Nous varions aussi les essences d'arbre pour éviter qu'il y ait de nouveaux problèmes de propagation d'une maladie en créant une concentration des mêmes espèces », ajoute-t-elle. 

De l'abattage à la plantation d'un nouvel arbre, une période de deux ans peut s'écouler. La vitesse de remplacement des arbres dépend des secteurs et du nombre d'arbres abattus à un même endroit.

Terrains privés

La porte-parole de Saguenay rappelle que la municipalité n'intervient pas sur les terrains privés. 

Les propriétaires sont responsables de faire évaluer et abattre leurs arbres malades. « La Ville peut avoir un rôle de conseil, mais s'occupe des arbres qui sont sur ses terrains », mentionne-t-elle.

La maladie hollandaise de l'orme

Les premiers signes visibles de la maladie hollandaise de l'orme se manifestent par le dessèchement des feuilles. Un vaccin peut être administré à l'arbre, mais dans bien des cas, lorsque la maladie est détectée, il est souvent déjà trop tard.

« Un vaccin peut être administré par un arboriculteur pour prévenir la maladie ou pour tenter de conserver un très grand arbre âgé, par exemple, mais souvent le stade de la maladie est trop avancé », explique Marie-Hélène Lafrance, conseillère aux relations médias à Saguenay.

La maladie hollandaise de l'orme, causée par un insecte porteur d'un champignon, ne représente aucun danger pour la santé humaine. Les arbres sont abattus pour des soucis de sécurité publique et pour éviter qu'ils ne s'effondrent lors de grands vents.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer