Jacques Fortin soulagé et heureux

Le conseiller Jacques Fortin durant son procès.... (Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Le conseiller Jacques Fortin durant son procès.

Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patricia Rainville
Le Quotidien

« Si j'avais été déclaré coupable, je chercherais encore pourquoi. » Le conseiller municipal Jacques Fortin est soulagé et heureux de la décision rendue par le juge Bernard Godbout, qui l'a déclaré apte à siéger.

Il n'écarte pas la possibilité de se représenter lors des élections municipales de novembre 2017.

« Je ne ferme aucune porte, que ce soit comme conseiller municipal, comme maire, ou tout simplement prendre ma retraite », a indiqué celui qui occupe les fonctions d'échevin depuis 24 ans. 

Toutefois, il ne se présenterait pas sous la bannière du Parti des citoyens, puisqu'il ne croit pas qu'un parti politique soit nécessaire au municipal. « J'ai toujours été indépendant et je le resterai », a fait valoir Jacques Fortin, lors d'une entrevue accordée au Quotidien en fin d'après-midi, mardi. 

Concernant le jugement rendu en sa faveur, Jacques Fortin a admis qu'il avait hâte de pouvoir tourner la page. « Je n'ai pas de rancunes, c'était une joute politique. Ceux qui m'ont poursuivi sont autant des politiciens que moi. Mais je suis content de la décision, parce que le juge vient confirmer ce que j'ai toujours dit. Et si j'avais été déclaré coupable, je chercherais encore pourquoi », a affirmé celui qui regarde maintenant vers l'avant. 

Le juge de la Cour supérieure Bernard Godbout a reconnu que Jacques Fortin avait bien un intérêt direct dans la transaction réalisée entre la Ville de Saguenay et sa conjointe, Hélène Girard, mais qu'il n'avait pas bénéficié de conditions préférentielles en raison de son poste d'élu.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer