Alexandre Cloutier veut investir un milliard $ en éducation

Candidat à la direction du Parti québécois, Alexandre... (Archives La Presse, Martin Chamberland)

Agrandir

Candidat à la direction du Parti québécois, Alexandre Cloutier propose d'investir pas moins d'un milliard de dollars en éducation.

Archives La Presse, Martin Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

En plus de donner le matériel scolaire aux enfants et adolescents, Alexandre Cloutier souhaite offrir gratuitement l'enseignement supérieur à 50% des familles québécoises. Le candidat à la direction du Parti québécois (PQ) a dévoilé de nouvelles priorités, lundi, en publiant sa plateforme complète sur l'éducation. Une quinzaine de promesses qui coûteraient un milliard de dollars par année à l'État.

Parmi ces mesures, M. Cloutier veut en effet favoriser l'accès aux études supérieures en élargissant les conditions d'attribution de bourses. Le système actuel prévoit que les étudiants dont les parents ont un revenu combiné inférieur à 52 000$ ont droit à la «gratuité scolaire effective», c'est-à-dire qu'ils reçoivent davantage de bourses du gouvernement du Québec que ce qu'ils paient pour acquitter leurs frais de scolarité. Alexandre Cloutier souhaite rehausser ce seuil jusqu'au revenu médian des ménages du Québec, soit 74 000$.

«Le Québec n'a pas les moyens de se priver d'un seul de ses talents. Nous devons permettre à tous nos jeunes d'aller au bout de leurs aspirations, peu importe leur milieu d'origine et la taille du portefeuille de leurs parents», peut-on lire dans la plateforme du député de Lac-Saint-Jean

Alexandre Cloutier compte aussi ramener les frais de subsistance à environ 900$ par mois. Les prêts et bourses sont basés en fonction de ces frais que le gouvernement actuel évalue à 837$ par mois.

Le candidat souhaite aussi créer des bourses de persévérance universitaire destinées aux étudiants les plus à risque de décrocher, notamment des jeunes provenant de milieux défavorisés et des étudiants-parents. La bourse serait versée annuellement aux étudiants ayant conservé une moyenne d'au moins B+. «De telles primes à l'effort ont prouvé leur efficacité dans d'autres pays, notamment aux États-Unis, faisant augmenter le taux de diplomation d'environ 5% chez les clientèles ciblées», défend Alexandre Cloutier.

Finances des universités

Le potentiel successeur de Pierre Karl Péladeau promet aussi de surveiller les dépenses des recteurs et les finances des institutions universitaires, en étendant les pouvoirs de la vérificatrice générale (VG) du Québec.

«La VG n'a aucun pouvoir pour vérifier les livres comptables des universités à charte. Sous ma gouverne, un gouvernement du Parti québécois étendra donc les pouvoirs de la VG à toutes les universités au Québec pour nous assurer que les fonds investis par l'État soient sainement administrés dans nos institutions d'enseignement supérieur. Nous reverrons également la politique de rémunération des recteurs afin de mettre fin aux nombreux abus qui ont fait les manchettes, ces dernières années.»

Aux niveaux primaire et secondaire, le candidat a également dressé une foule de priorités, dont embaucher plus de ressources spécialisées, poursuivre l'implantation des maternelles quatre ans, bonifier la formation continue offerte aux enseignants et donner de l'autonomie aux directions d'école dans la gestion de leur budget.

Alexandre Cloutier compte dégager le milliard de dollars nécessaire grâce à plusieurs nouvelles mesures, dont la taxe sur les institutions financières, la fin des fiducies familiales et l'abolition de l'incorporation des médecins.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer