Gabriel Harvey de retour au bercail

Gabriel Harvey a parcouru plus de 5000 kilomètres,... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Gabriel Harvey a parcouru plus de 5000 kilomètres, de la Colombie-Britannique au Saguenay, depuis le début du mois de juillet, dans le but de montrer aux gens le caractère humain de Leucan.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'est sous un magnifique soleil que Gabriel Harvey a terminé son périple de vélo, jeudi en fin d'après-midi. Après plus de 5000 kilomètres entre Vancouver et Chicoutimi, parcourus en une quarantaine de jours, il est arrivé au bureau saguenéen de Leucan où sa famille et ses amis l'attendaient avec le sourire aux lèvres et la larme à l'oeil.

La petite Maélie, qui a été en traitement... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie) - image 1.0

Agrandir

La petite Maélie, qui a été en traitement en même temps qu'Hélixane, est venue avec sa famille féliciter l'athlète lors de son arrivée.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Lorsqu'il est arrivé dans le stationnement du bureau... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie) - image 1.1

Agrandir

Lorsqu'il est arrivé dans le stationnement du bureau saguenéen de Leucan, Gabriel Harvey s'est empressé de serrer sa mère dans ses bras.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Dès que Gabriel Harvey a été aperçu, accompagné de cyclistes et de coureurs qui l'ont suivi pour la dernière partie de son voyage, la foule s'est mise à crier et à applaudir à tout rompre. Un accueil chaleureux pour l'athlète, qui avoue être content d'être finalement chez lui.

Selon lui, l'épreuve a été difficile par moments, surtout mentalement. Toutefois, il ajoute qu'il avait une très bonne raison de traverser le pays, et que ça l'a motivé tout au long de son périple. En effet, Gabriel Harvey a parcouru la distance séparant Vancouver de Chicoutimi afin de sensibiliser la population à la cause de Leucan, en plus de rendre hommage à son ancienne belle-soeur, la petite Hélixane, décédée de la leucémie au mois de mars.

«J'étais confronté surtout à la solitude et au retour en arrière avec Hélixane, tout ce qu'on a vécu avec elle, et mes souvenirs. Du côté mental, du côté psychologique, ç'a été particulièrement difficile», admet-il.

La voix cassante sous le coup de l'émotion, Gabriel Harvey a pris quelques minutes pour s'adresser à la foule, quelques instants seulement après son arrivée. «J'ai décidé de faire ce projet-là pour une bonne raison. J'ai perdu quelqu'un d'assez important dans ma vie: la petite Hélixane. Je l'aimais. Elle a été avec moi tout le long.»

Malgré les défis, Gabriel Harvey est très satisfait de ce qu'il a accompli. Selon lui, il a réussi à démontrer le «côté humain» de Leucan. Chaque journée de vélo était d'ailleurs dédiée à un jeune qui combat ou combattait un cancer. De plus, l'aventurier a récolté ce qu'il estime être environ 3500$ en dons pendant son voyage.

«L'objectif de son parcours était de faire vivre, ne serait-ce que pendant 40 jours, le parcours d'une famille. Certains réussissent à passer au travers, certains gagnent leur combat. Certains se battent toujours et, malheureusement, certains ont perdu leur combat. Gabriel est une rencontre qui sera inoubliable. Il est un fier ambassadeur de Leucan», a d'ailleurs ajouté le directeur de Leucan Saguenay-Lac-Saint-Jean, Jacques Tremblay.

Un accueil chaleureux

Lorsqu'il est arrivé, Gabriel Harvey s'est empressé de serrer sa mère dans ses bras. Heureux de se retrouver, ils ont tous deux versé quelques larmes. Rencontrée par Le Quotidien quelques minutes avant l'arrivée de son fils, la dame a avoué être très fière de Gabriel, mais surtout soulagée de le savoir sain et sauf après son périple.

Les amis de Gabriel sont également venus le féliciter. «C'est impressionnant. Je sais que quand Gabriel commence quelque chose, il le termine, alors je n'étais pas inquiète, mais quand on regarde tout le trajet qu'il a fait, c'est vraiment impressionnant. Je suis très fière!», raconte Marie-Hélène Lessard.

La mère d'Hélixane était aussi présente lors de l'arrivée. Karine St-Pierre a d'ailleurs vécu tout un cocktail d'émotion lors de l'évènement. «C'est un mélange d'euphorie, de soulagement de savoir Gabriel sain et sauf et d'une certaine tristesse de voir le projet se terminer, raconte-t-elle. C'est vraiment touchant de voir tant de personnes rassemblées. J'ai peu de mots! Quand on vit la maladie et la perte d'un enfant, les mots sont peu de choses. C'est la présence et le soutien des gens qui sont importants.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer