150 000 $ pour restaurer Bardsville

Le chalet historique de Bardsville... (Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Le chalet historique de Bardsville

Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

La MRC du Fjord-du-Saguenay poursuit ses démarches afin de préserver les bâtiments patrimoniaux du site de pêche au saumon de Bardsville avec un investissement de 150 000 $.

Cette somme permettra d'aller de l'avant pour la première phase des travaux qui consiste à refaire la cheminée et les fondations du chalet historique ainsi que la mise à niveau d'un mur du restaurant. La toiture des deux immeubles sera refaite. La MRC prévoit compléter les rénovations sur les bâtiments patrimoniaux du site en 2018.

C'est la firme Construction S. Gobeil inc. qui réalisera le contrat de soulèvement de bâtiments, incluant les fondations du chalet historique et la mise à niveau du mur du restaurant. Log Homes Saguenay, de La Baie, réalisera le contrat de maçonnerie sur les cheminées du chalet historique et du restaurant de même que le contrat de charpenterie-menuiserie. 

Depuis cinq ans, la MRC a procédé à des travaux de consolidation des fondations et à la rénovation de l'intérieur de certains chalets locatifs en y investissant 230 000 $.

La MRC du Fjord-du-Saguenay est propriétaire de Bardsville depuis 2012 et a signé une entente avec l'Association de la rivière Sainte-Marguerite à qui elle a confié la gestion du site. 

Le préfet, Gérald Savard, déclare que ces investissements permettront de léguer aux générations futures un héritage historique et architectural d'importance.

Construit en 1865

Selon le Répertoire culturel du Québec, Bardsville possède une valeur patrimoniale exceptionnelle. Il s'agit d'un camp de pêche construit vers 1865 pour la famille Price qui possédait les droits de pêche de la rivière Sainte-Marguerite au milieu du 19e siècle. Cette famille occupe une place importante dans l'histoire de la région. Il rappelle la période des clubs de chasse et pêche privés fréquentés par l'élite bourgeoise anglophone canadienne et américaine qui ont été instaurés au 19e siècle à la suite de la politique de location des droits de pêche des cours d'eau du Québec.

L'édifice partage des similitudes architecturales avec le camp de pêche des Price de L'Anse-Saint-Jean qui aurait été édifié à la même époque également pour la famille Price. Ces deux bâtiments sont apparentés à l'architecture de villégiature avec leur galerie ouverte sur la nature et leur toiture à deux versants à pente raide. Le bâtiment a subi des modifications bien intégrées à son style et il se trouve dans un bon état d'authenticité.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer