Bambin mordu par un basset

L'incident est survenu sur la rue Vézina, à... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

L'incident est survenu sur la rue Vézina, à Chicoutimi

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

Un bébé de 19 mois a été mordu par un chien, mardi après-midi, dans une résidence de Chicoutimi. Un basset de 50 livres a serré les dents sur la tête de l'enfant, causant des saignements. La propriétaire du chien a également été mordue au bras et à la main en tentant de neutraliser la bête.

Un basset... (Photo 123RF) - image 1.0

Agrandir

Un basset

Photo 123RF

L'incident est survenu sur la rue Vézina, dans le secteur Rivière-du-Moulin. Une femme, accompagnée de son bébé, était en visite chez une voisine, celle qui possède le basset. Ce dernier a surpris tout le monde en s'en prenant au jeune enfant. «Une fois à l'intérieur de la maison, le chien a mordu l'enfant, à l'arrière de la tête. On parle de saignements légers et on voit aussi les traces de crocs. La propriétaire a voulu s'interposer et elle a également été mordue au bras et à la main», décrit le lieutenant responsable de la Sécurité publique de Saguenay, Christian Michaud.

Les ambulanciers ont été appelés sur les lieux pour prodiguer les premiers soins. Le chien a quant à lui été transporté à la fourrière municipale. Il devra rester en cage à cet endroit pendant toute la durée de l'enquête.

Deux plaintes déposées en 2015

(CHRONIQUE / Mélissa Viau) - Deux plaintes concernant le basset qui a mordu deux personnes, mardi, ont été déposées à la Sécurité publique de Saguenay (SPS) en avril et octobre 2015.

« Dans le dossier, nous avons une plainte concernant un chien battu par sa propriétaire. La femme s'est défendue en disant avoir simplement chicané son chien. L'autre plainte concerne un chien qui jappait toujours », relate Dominic Lemieux, sergent de la SPS.

La première cause à envisager, en cas de morsure, est le problème de santé. Quand un chien a de la douleur, il a l'instinct de se protéger, peu importe la personne qui se trouve devant lui. Il faut savoir que les bassets, comme toutes les races canines ayant de longues oreilles, ont tendance à avoir fréquemment des otites.

Lorsqu'un chien montre des signes d'impatience, plusieurs maîtres, par amour pour leur bête, ne voudront pas se départir de lui. On excusera le comportement en disant « oui, mais il est fin ». En effet, un chien problématique est plus souvent gentil que désagréable.

L'espoir que tout se règle seul fait aussi partie des raisons qui poussent l'humain à ne pas intervenir. Par méconnaissance, on trouvera alors des raisons erronées, telle que la jalousie, pour expliquer maladroitement la problématique. Quand un chien essaie de mordre, il faut comprendre pourquoi il a agi ainsi, quels sont les éléments déclencheurs et savoir gérer notre environnement pour sécuriser la cohabitation et éviter des accidents.

Malgré tout l'amour et la bonne volonté des humains, certains comportements canins peuvent rapidement dégénérer si on n'intervient pas ou si on intervient mal. Il ne faut jamais banaliser les avertissements de nos chiens et leur faire confiance en pensant que tout s'arrangera tout seul.

Protocole

Quand Marc Villeneuve, du Refuge des animaux de Chicoutimi, a été appelé pour aller chercher le basset hound qui avait mordu deux personnes, le protocole habituel a été aussitôt enclenché.

Dans une telle situation, M. Villeneuve se voit dans l'obligation de signaler l'animal au ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec (MAPAQ). « Comme les personnes blessées se sont rendues à l'hôpital, le service de santé communiquera avec le MAPAQ pour faire un suivi de dossier », explique-t-il.

Toujours selon les recommandations du MAPAQ, le chien est par la suite gardé en isolation dix jours. «Si jamais le chien est porteur de rage, il décédera dans les dix jours », poursuit le propriétaire du Refuge des animaux de Chicoutimi. Ces dix journées de pension, au coût de 15$ par jour, seront à la charge de la famille du chien. Si cette dernière refuse de payer, elle pourra assumer elle-même la quarantaine de son animal dans son domicile ou ailleurs.

Après la période d'observation, si le chien ne présente aucun signe de rage, le Refuge de Chicoutimi prendra une décision pour l'avenir du chien. Si le refuge considère que l'euthanasie est la solution la plus sécuritaire, des frais supplémentaires s'ajouteront à la facture. Comme quoi posséder un chien est une responsabilité à ne pas négliger.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer