Cinq villes admissibles à l'aide de Québec

Durant deux jours, plusieurs inondations et glissements de... (Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Durant deux jours, plusieurs inondations et glissements de terrain ont été constatés à Lac-Bouchette, Saint-Ambroise, Saint-Fulgence, Saint-Honoré et Saguenay.

Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Saguenay et quatre autres municipalités de la région pourront faire une réclamation au gouvernement provincial pour les dommages subis les 21 et 22 juillet lors des pluies abondantes et des forts vents.

En raison de plusieurs demandes déjà reçues, le ministère de la Sécurité publique a décidé de rendre admissibles également les citoyens, organismes municipaux et entreprises de Lac-Bouchette, Saint-Ambroise, Saint-Fulgence et Saint-Honoré au Programme général d'aide financière lors de sinistres réels ou imminents. Durant deux jours, plusieurs inondations et glissements de terrain ont été constatés.

«Ces fortes pluies accompagnées de vents violents ont nécessité l'intervention des municipalités pour assurer la sécurité des citoyens et pour procéder notamment aux réparations des routes endommagées. Cette aide financière permettra de rembourser aux municipalités des sommes qu'elles ont allouées à ces fins. Elle donnera aussi un coup de pouce aux citoyens pour réparer les dégâts causés à leur résidence principale», assure par voie de communiqué le ministre Martin Coiteux.

Relationniste au ministère, Alexandra Paré ne pouvait estimer le montant que le gouvernement prévoit débourser pour ces évènements. «Ces situations peuvent arriver n'importe où, n'importe comment. On attend de voir les réclamations.»

Les particuliers et les organisations ont trois mois à partir de la signature du décret qui crée le programme d'aide pour envoyer leur demande au ministère. Il s'agit d'une aide de dernier recours pour réparer les résidences et les infrastructures essentielles dont les dommages ne sont pas couverts par un assureur privé, et pour soutenir les municipalités qui ont déboursé des sommes additionnelles aux dépenses courantes pour déployer des mesures préventives ou d'intervention.

«Comme les dommages de la tempête de grêle du 27 juillet sont assumés par les compagnies d'assurances, le ministère n'aura pas besoin de créer un programme pour cet évènement», précise Mme Paré.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer