Christine Boivin laissera sa place

La conseillère municipale Christine Boivin.... (Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

La conseillère municipale Christine Boivin.

Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La conseillère de Lac-Kénogami, Christine Boivin, quittera la vie politique à la fin de ce mandat, en novembre 2017, principalement en raison du redécoupage électoral des districts.

«Si le projet de règlement passe comme il est présentement, le secteur va être quatre fois plus gros. Les besoins vont être trop différents. Il va y avoir du rural et de la villégiature. Ce sera très difficile de se déplacer partout pour rencontrer les citoyens. J'ai le lac Kénogami tatoué sur le coeur, mais je ne connais pas les gens des autres quartiers», a-t-elle déclaré en marge du conseil d'arrondissement de Jonquière, mardi soir.

La membre de l'Équipe du renouveau démocratique assure qu'elle restera impliquée dans le milieu, au sein du conseil d'administration du Camping Jonquière, par exemple, malgré la saga judiciaire entre l'organisme et elle. «Je vais surveiller ce qui se passe. Je connais les réalités du secteur. Le lac Kénogami ne fait pas juste partie de Saguenay, il faut consulter la MRC pour chaque décision, et c'est un réservoir d'eau potable très important.»

Christine Boivin regrette de ne pas avoir été consultée pour la division des districts, qui passent de 19 à 15. «Je l'aurais travaillé différemment.» Le projet de règlement prévoit que Lac-Kénogami descende le long de la rivière aux Sables jusqu'au boulevard du Royaume, en englobant les quartiers Saint-Raphaël et Saint-Georges, et suive l'autoroute 70 vers le rang Saint-Antoine en incluant le rang Saint-Damien. La conseillère a d'ailleurs voté contre son adoption.

«Je suis une personne honnête. Depuis que j'ai vu la carte, je me suis dit que c'était trop. Ça va devenir un travail à temps plein. Je veux continuer ma carrière et aussi avoir un équilibre avec ma famille», confie Mme Boivin, qui avait pris sa décision avant que l'avocat Charles Cantin annonce son intérêt pour la politique municipale.

Relève

Même s'il ne veut intégrer aucun parti, le conseiller Jonathan Tremblay envisage de se présenter dans Lac-Kénogami aux prochaines élections, puisqu'il comprendrait une partie de son district actuel. «Je fréquente beaucoup le coin l'été, j'ai une embarcation sur le lac. Les nouveaux défis, c'est ce qu'on aime en politique. Je connais déjà un peu les enjeux présentement, comme les chemins non verbalisés et les berges, car il y en a dans mon secteur. Le redécoupage, il va en avoir un pareil, que ce soit ce projet ou un autre.»

Le conseiller gère déjà un district de quelque 8000 électeurs et n'a pas peur de l'ampleur de la tâche. Il prévoit ajuster son horaire d'enseignant en conséquence. Il n'est pas non plus intimidé par l'annonce de l'avocat criminaliste Charles Cantin, qui réfléchit à représenter Lac-Kénogami. «C'est un excellent candidat. Il a beaucoup d'idées pour dynamiser le centre-ville, alors il peut très bien être conseiller ailleurs.»

Carte électorale

Les citoyens de Saguenay ont deux semaines pour contester le projet de règlement qui redéfinit la carte électorale.

Il a été adopté par le conseil municipal le 1er août et prévoit que la ville sera divisée en 15 districts électoraux au lieu de 19. La Baie en comptera trois et Jonquière et Chicoutimi, six chacun. Les Baieriverains seront en moyenne moins nombreux par district que dans les deux autres arrondissements, c'est-à-dire 4900 électeurs par rapport à 8500.

Les cartes de chaque district sont disponibles au www.ville.saguenay.qc.ca à la section «Restez informé». Il est possible de consulter le texte du projet de règlement au Service des affaires juridiques et du greffe, à l'hôtel de ville sur la rue Racine à Chicoutimi. Les personnes qui veulent faire connaître leur opposition à la nouvelle carte électorale doivent adresser leur prénom, nom, adresse et signature à la greffière Caroline Dion avant le 24 août. S'il y a plus de 500 opposants, une consultation publique sera tenue. Dominique Gobeil

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer