Poste de traite de Chicoutimi: les fouilles se poursuivent

Des visites du site archéologique sont organisées jusqu'au... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Des visites du site archéologique sont organisées jusqu'au 21 août.

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patricia Rainville
Le Quotidien

Mieux comprendre comment vivait le commis du poste de traite de Chicoutimi, à la fin des années 1600. Voilà ce que sont en train de découvrir les archéologues qui travaillent depuis le début de l'été tout près du boulevard Saguenay. Des visites du site archéologique s'y tiennent tout au long du mois d'août, organisées en collaboration avec La Pulperie de Chicoutimi.

L'archéologue et chargée de terrain, Gisèle Piédalue, affirme... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais) - image 3.0

Agrandir

L'archéologue et chargée de terrain, Gisèle Piédalue, affirme que le site a beaucoup de potentiel.

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Marlène Pineault joue le rôle d'archéologue en herbe... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais) - image 3.1

Agrandir

Marlène Pineault joue le rôle d'archéologue en herbe au poste de traite de Chicoutimi pour un deuxième été.

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Mieux comprendre comment vivait le commis du poste de traite de Chicoutimi, à la fin des années 1600. Voilà ce que sont en train de découvrir les archéologues qui travaillent depuis le début de l'été tout près du boulevard Saguenay. Des visites du site archéologique s'y tiennent tout au long du mois d'août, organisées en collaboration avec La Pulperie de Chicoutimi.

Ils étaient huit, jeudi après-midi, accroupis dans le sable. À l'abri des buissons situés tout près du boulevard, ils s'affairaient à découvrir les traces laissées par le commis du poste de traite, qui avait son bureau à cet endroit.

Les fouilles ont débuté le 7 juin dernier. C'est la quatrième année que des fouilles archéologiques ont lieu au poste de traite de Chicoutimi.

«C'est en 2004 que nous avons découvert qu'il s'agissait d'un site avec un énorme potentiel archéologique», explique l'archéologue et chargée de terrain, Gisèle Piédalue.

Lors du passage du Quotidien sur place, Gisèle Piédalue, accompagnée de trois étudiants en archéologie de l'Université du Québec à Chicoutimi et de quatre archéologues en herbe, travaillait autour de l'endroit où s'était dressé le bâtiment du commis. Depuis le mois de juin, plusieurs objets ont été découverts.

«Nous avons trouvé une bague de jésuites, plusieurs pièces de fusil, de la céramique, des perles et des parures, ce qui nous laisse supposer que le commis recevait la visite de femmes et qu'il vivait assez aisément», explique Gisèle Piédalue.

«C'est ça qui est intéressant avec l'archéologie. Ça nous permet d'apprivoiser l'histoire, tout en découvrant le mode de vie d'autrefois», ajoute l'archéologue.

Pour Marlène Pineault, qui participe aux fouilles comme bénévole depuis deux étés, cette activité permet de démystifier un métier souvent inaccessible. «C'est tellement mystérieux! Je pensais que faire des fouilles était réservé aux professionnels, mais j'y participe depuis deux ans comme bénévole. C'est vraiment intéressant. J'ai trouvé plein d'objets et le vécu qu'ont ces pièces est vraiment intéressant. Et on les tient dans nos mains en plus», raconte-t-elle.

Les visites du site archéologique du poste de traite de Chicoutimi, organisées par La Pulperie, se déroulent les jeudis, vendredis, samedis et dimanches, jusqu'au 21 août (10 h, 13 h et 14 h 30).

Pour de plus amples renseignements, composez le 418 698-3100 ou visitez le www.pulperie.com.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer