Soirée festive au Festival du bleuet

Le duo 2Frères a entonné ses succès, au... (Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Agrandir

Le duo 2Frères a entonné ses succès, au grand plaisir des festivaliers.

Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Si vous voulez être certains de mettre le party dans une place, invitez Québec Redneck Bluegrass Project.

Québec Redneck Bluegrass Project ont livré une véritable... (Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens) - image 1.0

Agrandir

Québec Redneck Bluegrass Project ont livré une véritable «folie musicale».

Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Le Festival du bleuet a eu la belle audace de jeter ces fauves aux quelque 6000 spectateurs présents vendredi soir. Les Dolmissois savent fêter et ils en ont eu pour leur argent.

Les quatre moineaux ont passé le «grader» pour amorcer leur folie musicale. Une première chanson déjantée où l'alcool coulait à flots. Le chanteur JP «le Pad» Tremblay invitait les gens à festoyer et à continuer à boire. La bande ne s'en cache pas, pour «triper» avec Québec Redneck Bluegrass Project, il faut être éméchés.

Il y a de l'humour et de la dérision dans leurs chansons. On pige dans une chanson à répondre complètement folle à propos d'une cousine. Le violon, la contrebasse, le banjo et la guitare s'amusent, rien de sérieux, mais c'est drôlement efficace. Et on ne parle pas de la folie langagière des textes.

L'énergie punk est mise à l'avant de la scène; ça slamait. «Aie! Les gars, on ne veut pas une émeute comme à Bonaventure», a lancé Tremblay. L'énergie incontrôlable n'avait rien pour freiner l'ardeur des spectateurs.

Comment résister à boire «une shot» de whisky quand on entonne une toune sur cette boisson à la vitesse de l'éclair à la manière des Pogues et qu'on boit à même la bouteille de fort?

On n'a pas pu savoir comme cela a viré, les quatre irrévérencieux ont commencé trop tard pour l'heure de tombée du journal.

2frères

Le duo 2Frères a ouvert la soirée du vendredi avec un solo de barils pour bien réveiller la foule. Les gars de Chapais savaient que le monde de Dolbeau-Mistassini était venu pour fêter et danser. Ils ont interprété leurs chansons en conséquence.

Ils ont enchaîné avec Le Démon du midi. Surprenant d'entendre autant de gens entonner les paroles des chansons d'un groupe qui vient de prendre sa place au soleil. Leur désinvolture et la sincérité semblent séduire.

Leurs chansons un peu bon enfant prennent une belle couleur grâce au jeu de violon de Sébastien Savard.

Évidemment, quand ils ont servi les «tam tam da dam» du début de 33 tours, les fans ont été ravis surtout qu'ils ont enchaîné avec Qu'est-ce que tu dirais. Rien de plus efficace que d'enligner deux succès pour accrocher le public.

Ça paraît aussi que les deux frères Caouette ont écumé les bars. Ils ont interprété deux chansons des Colocs qui ont fait très plaisir au public. Ça chantait, ça dansait. Dieu qu'on s'ennuie de Dédé!

Sonny Caouette avait bien raison, leur énergie et la joie qui surgit de leur chanson ont fait un pied de nez à la température. Surtout quand on décide de faire un medley des succès de Beau Dommage. On se serait passé d'une reprise de Bon Jovi, par exemple.

Dan Desnoyers

Dan Desnoyers a l'habitude de faire danser les Dolmissois jusqu'à très tard dans la nuit. Il s'agissait de sa cinquième présence d'affilée. Il adore «performer» devant cette foule réceptive.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer