Rio Tinto: Jean Tremblay d'accord avec Alain Gagnon

Le maire de Saguenay, Jean Tremblay, partage l'opinion du président du Syndicat... (Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patricia Rainville
Le Quotidien

Le maire de Saguenay, Jean Tremblay, partage l'opinion du président du Syndicat national des employés de l'aluminium d'Arvida, Alain Gagnon, concernant l'implantation par Rio Tinto de la technologie AP60 à l'Aluminerie Alouette de Sept-Îles. «L'eau est ici et les efforts ont été faits ici. C'est le temps que les investissements soient faits ici. Alain Gagnon a parfaitement raison.»

On apprenait, cette semaine, que Rio Tinto comptait implanter à grande échelle la technologie AP60, développée au Saguenay-Lac-Saint-Jean, dans la troisième phase d'expansion de l'Aluminerie Alouette de Sept-Îles, ce qui a soulevé l'indignation du président syndical Alain Gagnon. Ce dernier, dans l'édition du Quotidien de jeudi, affirmait que la région avait été «utilisée» par Rio Tinto.

Un point de vue que partage le maire Tremblay. «Le syndicat a redoublé d'efforts pour que les investissements soient faits ici. La direction a demandé au syndicat de faire des concessions au cours des dernières années, ce qui a été fait. Le syndicat a bien travaillé. C'est décourageant d'apprendre que l'implantation se fera à Sept-Îles», a affirmé Jean Tremblay, lors d'un entretien accordé au Quotidien.

Il ajoute qu'outre le syndicat, c'est toute la région qui a fait des sacrifices pour Rio Tinto. «La compagnie profite des avantages hydroélectriques, la moindre des choses serait qu'elle investisse ici. Au moins, si la direction arrivait avec des motifs valables, mais ce n'est pas le cas, nous n'avons même pas de raisons. On se fait dire: ''oui mais, oui mais''. Il n'y en a pas de ''oui mais''. C'est le temps d'avoir des résultats», estime le maire de Saguenay. Ce dernier interpelle d'ailleurs la multinationale, mais aussi le gouvernement du Québec, qui détient 6,7% des parts d'Alouette.

«C'est bien beau investir à Kitimat et à Sept-Îles, je n'ai rien contre ça. Mais il ne faut pas que ce soit fait au détriment de la région», note Jean Tremblay.

C'est la deuxième fois, cette semaine, que le maire de Saguenay semonce Rio Tinto. En effet, il avait fait une sortie, samedi, via sa page Facebook. Il affirmait alors que l'idée de la multinationale de faire payer les riverains du lac Saint-Jean n'avait «pas de bon sens».

Pas d'investissement confirmé, dit Rio Tinto

La direction de Rio Tinto affirme qu'aucun investissement n'a encore été confirmé, concernant l'implantation de la technologie AP60 à l'Aluminerie Alouette de Sept-Îles. La multinationale ajoute que le projet d'expansion est encore au stade de l'étude de préfaisabilité, comme c'est le cas pour les phases 2 et 3 de l'Aluminerie Arvida.

Dans un communiqué publié jeudi en fin de journée, Rio Tinto a tenu à «remettre certains éléments en perspective», à la suite des propos tenus dans les médias au cours des derniers jours.

«Concernant la vente de la technologie AP60, il s'agit d'une situation hypothétique. Il est donc prématuré de spéculer sur une vente de technologie à ce stade-ci. Ensuite, aucune étude de faisabilité n'a été mentionnée et aucun investissement n'a été confirmé», affirme la multinationale.

«Les phases 2 et 3 de l'Aluminerie Arvida avancent également en mode préfaisabilité. Comme nous l'avons dit par le passé, nous travaillons afin d'être prêts pour accueillir ces investissements lorsque toutes les conditions de marché et d'investissement seront réunies. Ce sont toujours de bons projets pour notre entreprise, mais le contexte économique actuel n'est pas favorable. L'industrie de l'aluminium continue d'être difficile, avec des inventaires élevés et d'autres producteurs d'aluminium, comme la Chine, qui exportent dans les marchés nord-américains», a fait valoir Rio Tinto, précisant que 279 millions de dollars ont été injectés dans ses installations du Québec en 2015, dont les sites de Laterrière, Arvida, Alma, Grande-Baie et Énergie électrique.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer