Exercice d'interception en Arctique

Des bombardiers B2 et des B52 de l'USSTRATCOM... (Photo courtoisie 3e Escadre Bagotville, Caporal Pierre Habib)

Agrandir

Des bombardiers B2 et des B52 de l'USSTRATCOM ont traversé l'espace aérien de trois régions, déclenchant un processus d'alerte. La flotte d'interception était constituée de deux chasseurs CF18 (photo) de l'Aviation royale canadienne, basés à Bagotville, ainsi que de F15 et de F22 de l'aviation américaine.

Photo courtoisie 3e Escadre Bagotville, Caporal Pierre Habib

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Normand Boivin
Le Quotidien

Deux chasseurs CF-18 de la 3e escadre à Bagotville ont intercepté, lundi, des avions qui venaient de violer l'espace aérien au-dessus de l'Arctique.

En fait, il s'agissait d'un exercice conjoint avec le commandement stratégique des États-Unis (USSTRATCOM), où les pilotes ont pu appliquer les procédures d'interception et de passage sécuritaire dans les trois régions du commandement de la défense aérospatiale conformément aux accords de défense de l'Atlantique Nord, le NORAD.

Ces régions sont l'Alaska, un territoire contrôlé par la base aérienne Elmendorf, le Canada, contrôlé par Winnipeg, et l'espace continental des États-Unis, sous la responsabilité de la base de Tyndall, en Floride.

Des bombardiers B2 et des B52 de l'USSTRATCOM ont traversé l'espace aérien de chacune de ces régions, déclenchant un processus d'alerte. La flotte d'interception était constituée de deux chasseurs CF18 de l'Aviation royale canadienne, basés à Bagotville, ainsi que de F15 et de F22 de l'aviation américaine.

«L'exercice Polar Roar du commandement stratégique américain donne lieu à trois sorties continues de trois bombardiers B2 et de deux bombardiers B52 Stratoforteresse au-dessus de l'océan Arctique, du nord de l'océan Pacifique et de la mer Baltique, afin de mettre à l'épreuve la capacité de la force de mener des frappes mondiales à long rayon d'action, tout en s'entraînant avec ses principaux alliés et partenaires et en s'intégrant à eux. Les interceptions ont été exécutées dans l'objectif de mieux maîtriser les procédures de l'OTAN, ainsi que l'interopérabilité et la coordination transfrontalière. Elles visaient également à approfondir encore davantage la relation durable qu'entretiennent les États-Unis et le Canada en matière de défense», écrit dans un communiqué le ministère de la Défense nationale.

«Notre capacité à appliquer les procédures d'interception et de passage sécuritaire pour coïncider avec les vols américains consolide la collaboration et l'interopérabilité remarquables du Canada avec son plus proche allié. Le Canada et les États-Unis continuent de renforcer leur solide partenariat en matière de défense», a commenté Harjit S. Sajjan, ministre de la Défense.

Des missions partout dans le monde

• L'USSTRATCOM exécute des missions stratégiques à l'échelle mondiale qui lui sont confiées dans le cadre du plan de commandement unifié. Ces missions peuvent prendre diverses formes: dissuasion stratégique; opérations spatiales; cyberopérations; coordination de la guerre électronique; frappes mondiales; défense antimissile, renseignement, surveillance et reconnaissance; lutte contre les armes de destruction massive; analyse et ciblage.

• Polar Roar est un exercice de l'USSTRATCOM dans le cadre duquel des bombardiers B-52 Stratoforteresse et B-2 Spirit exécutent des missions aériennes au-dessus des États-Unis, du Canada, de certaines régions de l'Europe ainsi que dans l'espace aérien international. Les missions de bombardiers stratégiques comme Polar Roar permettent de s'assurer que les équipages maintiennent la disponibilité opérationnelle et les aptitudes nécessaires pour fournir une capacité de frappe mondiale toujours prête.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer