Une sortie de plus pour réduire le trafic lourd à Alma

La voie de contournement (boulevard Maurice-Paradis) a été... (Archives Le Quotidien, Normand Boivin)

Agrandir

La voie de contournement (boulevard Maurice-Paradis) a été construite à la fin des années 2000 pour réduire le trafic en pleine ville d'Alma.

Archives Le Quotidien, Normand Boivin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

Alma fait un pas de plus pour réduire le trafic lourd en pleine ville. Après avoir augmenté la vitesse et synchronisé les feux de circulation, la municipalité construira une voie de sortie supplémentaire sur le boulevard Maurice-Paradis, à l'intersection de la rue des Pins. Avec cet ajout évalué à 200 000$, l'un des arrêts obligatoires sera enlevé à ce coin de rue. Tout pour rendre la voie de contournement plus attrayante pour les camionneurs.

«Cette bretelle de sortie permettra d'enlever l'arrêt pour les conducteurs qui tournent sur la rue des Pins. Avec la synchronisation des lumières sur le boulevard Maurice-Paradis et l'augmentation de la vitesse sur la rue des Pins (50 km/h à 70 km/h), le choix du boulevard Maurice-Paradis devient encore plus intéressant pour les conducteurs. Et c'est ce qu'on vise. Avec les travaux qui vont durer deux ans sur le pont Carcajou, il faut inciter les gens à emprunter la voie de contournement (boulevard Maurice-Paradis)», rappelle Sylvain Duchesne, directeur général d'Alma.

Cette voie de contournement a été construite à la fin de la décennie 2000 pour réduire le trafic en pleine ville, principalement sur l'avenue du Pont. Plus de 15 millions$ ont été investis dans ce boulevard qui porte le nom d'un ancien maire almatois. La nouvelle route n'avait pas suscité l'engouement espéré. La Ville a donc multiplié les efforts pour encourager les camionneurs à emprunter cette voie qui contourne Alma.

Contrat

La construction de la nouvelle bretelle devrait commencer dans les deux prochaines semaines. L'entreprise Terrassement Jocelyn Fortin d'Alma a décroché le contrat avec une soumission d'un peu plus de 200 000$. Le deuxième plus bas soumissionnaire n'était qu'à quelque 150$ d'écart.

«Les offres ont été féroces. Mais depuis un an, presque chaque soumission qu'on reçoit se trouve en dessous de nos estimations de départ. Ce qui est une bonne nouvelle pour nous», mentionne M. Duchesne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer