Un récidiviste de l'alcool au volant derrière les barreaux

Arrêté une 6e fois avec les facultés affaiblies,... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Arrêté une 6e fois avec les facultés affaiblies, Claude Cayouette prétend qu'il ne se trouvait pas derrière le volant cette fois-ci. Une autre personne aurait conduit son véhicule. Il tentera de le prouver le 8 septembre prochain, pendant son procès.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

Récidiviste de l'alcool au volant, Claude Cayouette devra demeurer derrière les barreaux pendant les procédures judiciaires.

Le juge Rosaire Larouche a refusé de remettre en liberté ce Chicoutimien d'adoption qui en est à son sixième passage devant la cour pour des facultés affaiblies. L'homme de 59 ans a plaidé coupable en 1985, 1990, 1991, 2002 et 2012 à des accusations d'alcool au volant. Mais cette fois-ci, Cayouette prétend qu'il ne se trouvait pas derrière le volant. Une autre personne aurait conduit le véhicule.

Le quinquagénaire a été arrêté il y a plus d'une semaine, dans un Couche-Tard de Saguenay. Les policiers avaient été appelés à se rendre sur les lieux pour une bagarre. Cayouette, qui montrait des signes évidents d'ivresse, a été appréhendé à l'extérieur de son véhicule. L'autre personne qui se trouvait avec lui a confirmé que l'homme avait bel et bien conduit en état d'ébriété.

Pour retrouver sa liberté, lundi, l'homme a offert une garantie monétaire à la cour. Il a également promis de ne pas conduire ou boire en attente de son procès. Des promesses qui n'ont pas convaincu le juge Larouche, qui a rappelé que Cayouette avait manqué à sa parole plusieurs fois au cours des dernières années. En effet, l'homme a également été accusé de conduite pendant interdiction à plus d'une reprise.

«Vous êtes une personne dont les promesses ne peuvent être prises comme de l'argent comptant. La rectitude d'esprit n'est pas votre principale qualité», a exprimé le juge Rosaire Larouche.

L'avocat de Cayouette, Me Jean-Marc Fradette, était déçu de la décision du tribunal. Ce dernier estime que les garanties étaient suffisantes pour assurer la sécurité du public et une libération aurait permis à son client de conserver son emploi.

«Dans ce type de dossier, c'est de plus en plus difficile. Avec les nombreuses publicités qui existent là dessus, la gravité des infractions liées à la conduite automobile, les tribunaux sont de moins en moins portés à remettre en liberté malgré de bonnes garanties. Avec un individu qui a sept ou huit dossiers du genre, ce n'est pas une surprise qu'il demeure détenu», commente Me Jean-Marc Fradette.

Ce dernier a insisté pour tenir le procès le plus tôt possible. Me Fradette souhaite innocenter son client qui estime avoir été injustement arrêté.

«Il y a des témoins qui disent qu'une autre personne était avec lui. Mon client a d'ailleurs dit aussi aux policiers que ce n'était pas lui qui conduisait. Le débat ne se fera pas autour de son état et son taux d'alcoolémie. Ça va se jouer autour de qui conduisait le véhicule automobile», annonce Me Fradette.

Les détails entourant cette autre personne seront dévoilés pendant le procès qui se tiendra le 8 septembre prochain, au Palais de justice de Chicoutimi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer