Partis politiques à Saguenay: 28 789$ récoltés en dons

L'Équipe du renouveau démocratique, dirigée par Josée Néron,... (Archives Le Progrès-Dimanche)

Agrandir

L'Équipe du renouveau démocratique, dirigée par Josée Néron, a reçu 23 789,67$ en dons en 2015.

Archives Le Progrès-Dimanche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

Cent quarante-deux citoyens ont versé une contribution à l'un des deux partis politiques municipaux de Saguenay au cours de l'année 2015. L'Équipe du renouveau démocratique (ERD) a reçu 23 789,67$ en dons, tandis que le Parti des citoyens de Saguenay (PCS) a obtenu 5000$.

Le Parti des citoyens de Saguenay, présidé par... (Archives Le Progrès-Dimanche) - image 1.0

Agrandir

Le Parti des citoyens de Saguenay, présidé par Jean Tremblay, a récolté 5000$ en 2015.

Archives Le Progrès-Dimanche

L'ERD a pu garnir ses coffres pendant 12 mois, puisque le parti était déjà constitué en début d'année (la création de l'ERD remonte à juillet 2011). La récolte s'est échelonnée sur sept mois et demi pour le PCS, dont la formation officielle a été autorisée par le Directeur général des élections du Québec (DGEQ) le 11 mai 2015.

Si l'on fait une moyenne, l'ERD a amassé environ 1982$ par mois, contre 666$ pour le PCS.

Selon les données obtenues auprès du DGEQ, l'Équipe du renouveau démocratique a encaissé des chèques en provenance de 124 donateurs, contre 18 pour le Parti des citoyens de Saguenay.

La liste des donateurs des deux partis est publique et accessible sur le site Internet du DGEQ. Sans grande surprise, les chefs de chaque parti et certains membres de leurs familles ont contribué financièrement. Les employés politiques de l'ERD, Catherine Bergeron, Nadia Bergeron et Luc Desbiens, figurent au registre des donateurs, au même titre que les membres du cabinet du maire Tremblay, Line Gagnon et Lucie Bouchard, et que la responsable du programme de dons et subventions à Saguenay, Francyne Gobeil. Des cadres de Promotion Saguenay ont également soutenu la formation du premier magistrat. Quant aux conseillers municipaux, quatre d'entre eux ont versé une contribution. Il s'agit de Luc Blackburn, Réjean Hudon et Jean-Yves Provencher, qui ont tous donné 300$ au Parti des citoyens, et de Christine Boivin, qui a fourni la même somme à l'ERD.

Loi

La Loi sur les élections et les référendums dans les municipalités (LERM) prévoit que seul un électeur de la municipalité peut faire une contribution. Le total par électeur ne peut dépasser 300$ au cours d'un même exercice financier. Les contributions de moins de 100$ peuvent être versées en argent et l'identité des donateurs n'a pas un caractère public. Pour ce qui est des adhésions, la même loi stipule que les frais de 25$ liés à l'achat d'une carte de membre ne sont pas considérés comme des contributions.

Porte-parole du DGEQ, Julie St-Arnaud Drolet a fait valoir que l'ERD a récolté 2750$ en adhésions en 2015. Le PCS n'a rien amassé.

Autrefois, les contributions pouvaient atteindre 1000$ par année civile. La Loi a toutefois été modifiée le 21 juin 2013, abaissant la limite à 300$. Au cours d'une année électorale, le candidat d'un parti autorisé ou un candidat indépendant autorisé peut toutefois verser jusqu'à 1000$ pour son bénéfice ou celui du parti qu'il représente.

Notons que chaque parti doit posséder un nombre minimal de membres pour demeurer actif. Dans une ville comme Saguenay, le minimum est fixé à 100 membres.

Josée Néron est devenue la chef du parti d'opposition officielle le 20 octobre 2015. Lors de sa création, la formation était dirigée par Paul Grimard, qui a tiré sa révérence vers la fin de 2014. Aurélien Leclerc a agi comme chef intérimaire jusqu'à l'élection de Josée Néron par acclamation. Le PCS est dirigé par l'actuel maire de Saguenay, Jean Tremblay. Le magistrat a annoncé qu'il se retirera au terme du présent mandat. Le chef du parti n'a pas encore été désigné.

35 partis politiques dans les villes de 100 000 habitants et plus

Le Directeur général des élections du Québec (DGEQ) vient de publier son Portrait sur le financement des partis politiques municipaux.

On y apprend notamment qu'en date du 31 décembre 2015, le Québec comptait 117 partis politiques autorisés. Ce seuil n'avait pas été atteint depuis 2004. Parmi les villes de 100 000 habitants ou plus, dix comptent des partis, pour un total de 35 formations politiques. Il s'agit de Gatineau (1), Laval (4), Lévis (3), Longueuil (3), Montréal (14), Québec (3), Saguenay (2), Sherbrooke (2), Terrebonne (2) et Trois-Rivières (1). À l'échelle québécoise, on compte 145 partis répartis dans 186 municipalités. Celles-ci représentent 84 pour cent de la population. Tous les partis devaient déposer leur rapport financier à la trésorerie de leur municipalité au plus tard le 1er avril 2016.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer