Un été pluvieux à Saguenay: 2,5 fois plus de pluie qu'à Montréal

Dans la région, les mois de juin et...

Agrandir

Dans la région, les mois de juin et juillet auront été marqués par la pluie et les orages.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

Deux mois de flotte. Voilà comment pourrait être résumée la première portion de l'été au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

En juin et en juillet, la station météo de Bagotville a enregistré 349,4 millimètres de pluie. C'est 174,4 mm de plus que la moyenne saisonnière et 208 mm supérieur à ce qu'a eu la région de Montréal au cours de la même période.

Pour juillet seulement, le Royaume a reçu de 175 à 200 pour cent la quantité de pluie qu'il reçoit normalement.

Alors que Bagotville enregistre normalement en juillet quatre jours avec une hauteur de pluie de plus de 10 mm, le pluviomètre de la station en a enregistré huit.

Toutefois, juillet 2016 est bien loin du record établi lors du déluge en 1996. La station de Bagotville avait alors mesuré 313,1 mm de pluie pour le mois entier, dont 164,5 mm les 19 et 20 juillet.

Deux mois de flotte. Voilà comment pourrait... (Infographie Le Progrès-Dimanche) - image 2.0

Agrandir

Infographie Le Progrès-Dimanche

Moins pire au Lac

Dame Nature s'est montrée plus clémente au Lac-Saint-Jean. Entre le 1er juin et le 30 juillet, 226 mm de pluie sont tombés sur la station météorologique de Roberval. L'écart de 125 mm entre les deux sous-régions s'explique principalement par le fait que la présence du lac Saint-Jean provoque un effet de subsidence. En termes météorologiques, il s'agit de l'affaissement lent d'une masse d'air, ce qui force les nuages à se dissiper. 

Météorologue à Environnement Canada, Robert Michaud signale que le Saguenay reçoit, en moyenne, autour de 89 millimètres en juillet. Au Lac, la mesure de juillet, 98 mm, était beaucoup plus proche de la normale (107 mm). Cela dit, le secteur du Lac n'a pas été épargné en juin, alors qu'environ 40 mm de plus qu'à l'habitude ont été enregistrés.

«Beaucoup de fronts froids sont passés au cours des mois de juin et juillet, ce qui a généré d'importantes précipitations. Pour la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean, sans être une situation extrême comme lors du déluge, c'est quand même un été marquant. Le double des précipitations, ça faisait longtemps qu'on avait vu ça», explique Robert Michaud. Il fait référence au fait que 160 mm de pluie sont tombés sur le Saguenay en juin, comparativement à la normale de 82 mm. 

Le spécialiste précise que le Québec se caractérise actuellement par deux contrastes météorologiques. L'Est et le centre de la province sont plus pluvieux, alors que le Sud-Ouest est beaucoup plus sec et chaud. Robert Michaud ajoute que la sécheresse enregistrée dans l'est de l'Ontario a des répercussions sur le sud du Québec. 

À titre indicatif, la région de la Capitale-Nationale a reçu 201,3 mm de pluie au cours des deux derniers mois.

La température dans la normale

Si le mercure est résolument moins élevé au Royaume qu'à Montréal cet été, avec un écart de trois à quatre degrés entre les deux régions en juin et en juillet, la température demeure cependant dans les moyennes saisonnières. En juin, il a fait, en moyenne, 16 degrés Celsius au Saguenay. La normale est de 15,6 degrés. En juillet, les données recueillies par Environnement Canada font état de 17,9 degrés, ce qui correspond à la normale. À Montréal, il a fait 19,2 degrés pendant le mois de juin et 21,7 en juillet.

«Les nuits douces font en sorte que les températures sont à peu près dans les normales de saison», note Robert Michaud.

Le malheur des uns...

Directeur de la Financière agricole de la région de Beauce-Appalaches, Guy Durivage a confirmé que la culture du foin a grandement souffert des pluies abondantes enregistrées au cours des dernières semaines. En entrevue au Progrès-Dimanche cette semaine, celui qui représente actuellement le Saguenay-Lac-Saint-Jean pour la Financière agricole a fait valoir que plusieurs appels des producteurs ont été reçus concernant des dommages aux récoltes.

...fait le bonheur des autres

Les pluies abondantes ont un impact sur l'achalandage dans les centres commerciaux. À Place du Royaume, le directeur général, Éric De Champlain-Blais, rapporte une hausse marquée de la clientèle en cette période habituellement plus calme de l'année. 

La responsable aquatique à l'Hôtel Le Montagnais, Isabelle Gagné, assiste elle aussi à une augmentation du nombres de baigneurs, notamment ceux en provenance de la région venus profiter des installations du parc Aquafun.

«On a toujours du monde en juillet, parce que c'est la période des vacances, mais oui, la météo a une incidence. On a plus de monde», a-t-elle indiqué.

100 mm de pluie le 21 à Saint-Fulgence

Une microrafale a causé plusieurs dommages dans la... (Photo courtoisie) - image 7.0

Agrandir

Une microrafale a causé plusieurs dommages dans la municipalité de Lac-Bouchette le 21 juillet. Cette cellule orageuse s'est transportée à Saint-Fulgence, où les quelque 100 millimètres de pluie reçus ont provoqué des inondations. 

Photo courtoisie

Les cellules orageuses n'ont pas épargné les régionaux cet été. Trois microtornades ont été enregistrées par Environnement Canada, notamment celle de Métabetchouan-Lac-à-la-Croix le 4 juillet.

Cette dernière de force EF1 (vents de 135 à 175 km/h), qui a été vue dans un champ, n'a blessé personne, mais a gravement endommagé un bâtiment de ferme.

Une microrafale a déferlé sur la municipalité de Lac-Bouchette le 21 juillet, provoquant des dommages matériels à plusieurs citoyens. C'est d'ailleurs cette situation qui a provoqué les inondations et les affaissements de terrains dans les secteurs de Canton-Tremblay et de Saint-Fulgence il y a dix jours.

«Ce complexe orageux s'est déplacé vers Saint-Fulgence. Selon nos estimations, environ 100 millimètres de pluie sont tombés dans une seule nuit (NDLR: c'est comme s'il était tombé un mètre de neige)», relate Robert Michaud, météorologue à Environnement Canada. De plus, les Saguenéens n'oublieront pas de sitôt les grêlons qui se sont abattus sur la région mercredi, causant d'importants dommages à des voitures et à des résidences. Cette tempête de grêle est qualifiée d'«historique» par Robert Michaud.

Les grêlons mesuraient de 2 à 8 cm de diamètre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer