Une passion pour les engins de Joseph-Armand Bombardier

Serge Lespérance a produit 43 modèles uniques.... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Serge Lespérance a produit 43 modèles uniques.

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

Serge Lespérance, un citoyen de 74 ans demeurant à Chicoutimi-Nord, a développé une passion pour l'auto des neiges, cette invention développée par Joseph-Armand Bombardier, ancêtre de la motoneige, en construisant à la main 43 reproductions de cet engin qui a contribué à sortir le Québec rural de son isolement hivernal.

Serge Lespérance voue un grand respect à Joseph-Armand... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais) - image 3.0

Agrandir

Serge Lespérance voue un grand respect à Joseph-Armand Bombardier, un homme qu'il aurait aimé rencontrer. 

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Cet ex-débosseleur à la retraite ne croyait jamais qu'à l'âge de 69 ans, il développerait son talent pour reproduire des «snow-mobiles», nom commun utilisé pour ces véhicules munis de chenilles, dont le souvenir demeure dans la tête de bien des Québécois nés dans les années '30.

«Tout ça a commencé il y a cinq ans lorsque je parlais avec un ami qui m'a dit qu'il aimerait ça faire la reproduction d'un snow-mobile», explique M. Lespérance. Cette idée fait du chemin dans sa tête et le sexagénaire à l'époque se procure des photographies d'un modèle Bombardier R-12 et du carton pour fabriquer des prototypes des modèles réduits. Rapidement, il passe à l'action en se procurant des morceaux de préfini d'un quart-de-pouce d'épaisseur qu'il découpe, sable et colle à l'aide de colle époxy pour reproduire les vrais engins à l'échelle 1: 18. 

Les morceaux de carrosserie assemblés sont recouverts de plastique liquide et sont par la suite poncés, cirés et peints pour donner un lustre et un fini parfait comme pouvait le faire M. Lespérance lorsqu'il était débosseleur.

La fabrication des modèles rappelle des souvenirs à M. Lespérance. 

«Quand j'étais jeune, les snow m'ont toujours impressionné. On demeurait sur la rue Sainte-Marie. En hiver lorsqu'il avait fait tempête, le livreur de la Boulangerie Fortin passait le pain en snow. J'ai travaillé dans le bois sur des J-5 à chenilles qui servaient à sortir le bois», explique le modéliste.

Patience

Un examen minutieux des petits véhicules permet de constater la patience du modéliste qui a fabriqué lui-même, dans les moindres détails, les poignées de portes ouvrantes, pare-brise et fenêtres, sièges, petits moteurs et charnières de portes, souvent avec des matériaux récupérés. Par exemple, les chenilles des snow-mobiles sont fabriquées de petites lanières de cuir patiemment découpées et assemblées afin de reproduire l'invention de Bombardier. Les 43 modèles uniques reproduits selon les originaux feraient l'envie de tous les petits garçons. «Je fabrique ça dans mon petit atelier aménagé dans ma remise. J'estime qu'il y a 40 à 50 heures de travail par véhicule. La valeur des matériaux n'est pas très grande, mais c'est plutôt le temps que j'y mets qui compte. Au fur et à mesure que j'en fabrique, ça devient un peu comme une drogue.»

Un expert

On constate rapidement que son passe-temps de modéliste a fait de lui un expert de l'histoire des snow-mobiles. 

On y apprend que les premiers modèles B-1 ont été fabriqués en 1942 et livrés en Écosse pour l'armée canadienne. Ils avaient la capacité de transporter huit soldats à travers les déserts blancs. Il sait que de 1942 à 1951, un total de 2817 modèles B-12 ont été fabriqués et vendus. Le modèle Muskeg doit son nom à un mot amérindien qui signifie «terrain mou».

Outre ces connaissances, M. Lespérance voue un grand respect à Joseph-Armand Bombardier, un homme qu'il aurait aimé rencontrer, en raison des 43 inventions brevetées qu'il a développées depuis son adolescence dans le secteur du transport. M. Lespérance a pu apprécier le talent de l'inventeur québécois lors d'une visite qu'il a effectuée au Musée qui lui est consacré à Valcourt.

M. Lespérance estime que sa collection de modèles de snow-mobiles est complétée et n'entend pas aller plus loin. «Je n'ai pas l'intention de continuer, mais j'aimerais bien laisser ma collection à mes filles lorsque je ne serai plus là», conclut l'intarissable modéliste.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer