Serres Toundra: des infrastructures au coût de 442 249$

Serres Toundra... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Serres Toundra

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Tremblay
Le Quotidien

La construction des infrastructures requises pour la mise en place de l'échangeur thermique du parc agrothermique de Saint-Félicien coûtera 442 249$. Réunis en séance extraordinaire, lundi midi, les membres du conseil municipal de Saint-Félicien ont octroyé le contrat au Groupe PGS 2009. Il s'agit de la quatrième phase du projet des Serres Toundra.

Deux entreprises ont répondu à l'appel d'offres.

«Cette unité va transférer l'énergie provenant du réseau basse température de l'usine de Produits forestiers Résolu (PFR) à celui qui va aller vers les serres. On parle de la boucle primaire qui circule à l'usine et de la boucle secondaire qui passera dans les serres. Il s'agit d'un échangeur à plaque qui permettra de faire le transfert des calories vers le réseau secondaire qui va alimenter les serres», précise le directeur général de Saint-Félicien, Mario Ménard.

La livraison des différentes composantes détermine principalement l'échéancier de réalisation du projet.

Le montant du contrat accordé correspond aux budgets qui avaient été prévus. «Ce sont des travaux très spécialisés. On a pris soin d'avoir des soumissionnaires qui s'y connaissent en semblable matière.»

Les élus félicinois ont aussi entériné une modification à la résolution récemment adoptée concernant l'aménagement des infrastructures d'accueil du parc. «Dans le concept, il faut agrandir le diamètre de la conduite du réseau basse température qui était de 350 mm à 400 mm de façon à réduire les vitesses de transfert ainsi que pour avoir un peu de latitude pour faire des collectes d'énergies additionnelles», ajoute M. Ménard.

Le complexe des Serres Toundra est situé dans le rang Saint-Eusèbe, à côté de l'usine de pâte Kraft de PFR.

Aqueduc 

Saint-Félicien demande à Québec de faire preuve de souplesse pour l'élaboration de l'inventaire complet des installations septiques existantes dans le secteur du Chemin de la Pointe, à Saint-Méthode.

Le déploiement du réseau d'aqueduc à quelque 400 résidences de ce secteur nécessite l'élaboration de l'inventaire des installations et cet aspect n'est pas une mince affaire.

La ville demande au ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques de prendre en considération les données déjà disponibles.

«On ne part pas de zéro, nous avons plusieurs données disponibles, comme les champs déjà construits sous permis. On va amener tout ce que l'on a et on s'engage à compléter l'information. L'inventaire physique est débuté et il restera à compléter les données techniques, comme les tests de percolation, un relevé topographique, les axes routiers et les nappes phréatiques de différents types de terrains par rapport aux différents plans d'eau», explique M. Ménard.

Toutes ces informations sont requises pour que Québec autorise la réalisation du projet. Des rencontres avec les groupes de citoyens sont prévues.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer