Trois organisateurs communautaires retranchés: une décision qui inquiète

L'épicerie Halte-Ternative de Jonquière ne pourra plus bénéficier... (Photo Le Progrès-Dimanche, Jeannot Lévesque)

Agrandir

L'épicerie Halte-Ternative de Jonquière ne pourra plus bénéficier du précieux soutien de l'organisateur communautaire Paul Girard.

Photo Le Progrès-Dimanche, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

Le retranchement de trois postes d'organisateurs communautaires par le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean à compter de l'automne heurte les organismes de plein fouet. Pour certains, la situation équivaut à un véritable désastre.

C'est notamment le cas de l'épicerie Halte-Ternative de Jonquière, qui ne pourra plus bénéficier du précieux soutien de l'organisateur communautaire Paul Girard. M. Girard et ses collègues de Chicoutimi et Alma ont récemment appris qu'ils perdraient leur emploi. En éliminant ces trois postes, le CIUSSS bénéficiera d'économies estimées à 54 600$ pour la prochaine année.

Coordonnatrice de l'épicerie, Mélanie St-Gelais est sous le choc. Pour elle, le départ de M. Girard est une véritable catastrophe. Elle estime que le petit marché de la rue de la Fabrique, lequel permet à des personnes démunies de se procurer des aliments sains à prix abordables, perdra au change.

«On ne perd pas juste un organisateur communautaire, on perd quelqu'un qui est là depuis le tout début et qui connaît l'organisme de A à Z. Il a tout l'historique et on a besoin de lui. L'expertise, il l'a», explique la coordonnatrice. Mélanie St-Gelais a fondu en larmes lorsqu'elle a été mise au courant de la décision administrative du CIUSSS. Elle rappelle que le domaine communautaire n'est pas un secteur facile, avec un roulement de personnel important et de nombreux défis de financement. L'épicerie Halte-Ternative, un organisme qui a vu le jour il y a moins de trois ans, est toujours en démarrage et connaît des hauts et des bas. En poste depuis seulement six mois, Mélanie St-Gelais admet qu'elle est toujours en apprentissage. L'organisateur communautaire lui fournissait de précieux conseils, notamment en matière de reddition de comptes et de production de rapports d'activités.

«On est un organisme en structuration et en changement. Ce départ fragilise l'épicerie. Pour moi, notre organisateur est un peu comme les petites roues d'un vélo pour un enfant qui commence à pédaler. Il n'en a pas nécessairement toujours besoin, mais ça lui évite de se planter», image la coordonnatrice, qui pourra verbaliser ses inquiétudes lors d'une rencontre prévue avec une cadre du CIUSSS le 28 juillet.

Pour le secteur Jonquière, le nombre d'organisateurs communautaires passera donc de quatre à trois à l'automne. Mélanie St-Gelais pointe que les intervenants sont déjà surchargés et elle s'inquiète de la suite des choses.

Lourde perte

Porte-parole du Réseau régional en alimentation communautaire (RRAC), Nathalie Lavoie abonde dans le même sens.

«Les organisateurs ne font pas un travail qui est apparent pour la population, mais il est essentiel pour la communauté. Leur rôle est très important. Ils permettent aux groupes de se rencontrer et ils offrent un appui. L'organisateur de Jonquière qui perd son emploi faisait un travail de moine et il croyait beaucoup en nous», dit-elle.

Le RRAC est une table de concertation qui a vu le jour en 2014. Encore tout jeune, il bénéficiait grandement du soutien de son organisateur et de celui d'une chargée de projets qui avait pour mandat de rapprocher les producteurs locaux des épiceries communautaires. Le projet a pris fin et le départ de la responsable survient en même temps que celui de l'organisateur. Il s'agit donc d'une double perte pour le RRAC.

Pierre Dostie... (Photo Le Progrès-Dimanche, Jeannot Lévesque) - image 2.0

Agrandir

Pierre Dostie

Photo Le Progrès-Dimanche, Jeannot Lévesque

Pierre Dostie est outré

Ex-directeur clientèle en santé mentale, enfance, famille, jeunesse, santé publique au CSSS de Jonquière, Pierre Dostie qualifie l'élimination de postes d'organisateurs communautaires de «scandaleuse».

Avant de prendre sa retraite, Pierre Dostie était le patron des organisateurs communautaires de Jonquière. Comme gestionnaire en santé, il a été partie prenante de la réforme de 2004 mise en branle par Philippe Couillard (alors ministre de la Santé et des Services sociaux), laquelle, selon lui, prônait «une vision santé plutôt qu'une approche maladie». Avec les mesures de restriction budgétaire mises de l'avant par le ministre Barrette, Pierre Dostie parle aujourd'hui de «contre-réforme».

«Avec la fusion des hôpitaux, on a donné aux CSSS une responsabilité populationnelle avec l'ensemble des partenaires de la communauté. Un conseil des partenaires a été créé à Jonquière et on a impliqué les intervenants de tous les secteurs dans l'élaboration des priorités. Les organisateurs communautaires avaient un rôle clé à jouer. Ils étaient l'interface entre le milieu et l'organisation. Ils mettaient tout le monde ensemble pour avoir des trajectoires de services plus efficaces», explique celui qui a été candidat provincial sous la bannière de Québec Solidaire.

M. Dostie estime que le travail terrain et la proximité des organisateurs communautaires avec la clientèle ont souvent provoqué des remises en question au sein des équipes cliniques et eu un impact sur les soins curatifs.

«On parle souvent du type de clientèle, particulièrement en santé mentale, qui revient souvent à l'urgence parce qu'elle ne sait pas vers qui se tourner. S'il y a quelqu'un dans la communauté pour soutenir ces gens-là, c'est bien les organisateurs communautaires. Dans la vision d'un réseau de santé qui se tient, la dernière chose à laquelle je toucherais, c'est ça», enchaîne-t-il.

Pierre Dostie rappelle que l'organisation communautaire est à l'origine de la création des CLSC au début des années 80 et qu'elle a joué un rôle central dans leur positionnement comme plaque tournante du réseau.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer